EURO 2016 : imbroglio autour de la retransmission des matches sur les terrasses des bars

SOCIÉTÉ
P'TET BEN QU'OUI, P'TET BEN QU'NON – Alors que le secrétaire d'Etats aux sports affirme que la retransmission des matches sur les terrasses des bars serait interdite, les forces de l'ordre n'ayant pas les moyens de sécuriser cela, le gouvernement indique que la décision est laissée aux maires et aux préfets.

Mais alors, les bars peuvent-ils, ou pas retransmettre les matches de l'Euro sur les terrasses ? Est-ce clairement interdit ? Est-ce à chacun de décider ? D'un côté, le secrétaire d'Etat aux sports répète que la retransmission en terrasse des bars sera "interdite". De l'autre, le gouvernement indique qu'il laissera les maires et préfets décider. Une question pas si anecdotique, tant les afficionados savent le plaisir de regarder son match dehors, au soleil, une bière à la main. Qui a aussi des attraits évidents pour le chiffre d'affaires des établissements.

Dans la matinée de jeudi en effet, Thierry Braillard, secrétaire d'Etat aux sports, avait assuré que la retransmission des matches sur les terrasses des bars serait interdite car "les forces de l'ordre n'ont pas les moyens de sécuriser cela." Un peu plus tard, en fin de journée, le gouvernement est venu nuancer ces propos : "Il revient aux maires des communes concernées, en lien étroit avec les préfets, de prendre toute mesure permettant d’éviter que ces diffusions ne se transforment en regroupements sur la voie publique, afin de garantir les meilleures conditions de sécurité", ont indiqué le cabinet du ministère et du secrétariat aux Sports.

Colère des patrons de bar à Marseille

Cela concerne les retransmissions de matches sur des télévisions de taille normale et non sur écrans géants qui, eux, sont quasiment interdits en dehors des fan zones installées dans les dix villes hôtes. "Une circulaire interministérielle à destination des préfets a précisé que les retransmissions de matchs sur écrans géants dans des lieux publics étaient interdits en dehors des fan zones, sauf respect de critères très précis : lieux fermés avec accès contrôlé soumis à l'accord des préfets", a poursuivi le ministère. 

Mercredi, un début de polémique avait éclaté à Marseille, où une note de la mairie interdisait l'installation "d'écrans" et de "comptoirs sur les terrasses", provoquant la colère des patrons de bar. L'adjointe à la mairie chargée des emplacements publics, Marie-Louise Lota, avait aussitôt tempéré cette nouvelle, assurant qu'il ne s'agissait que "d'une note d'information" destinée à donner des "conseils de sécurité" et non pas d'une interdiction formelle. D'après l'élue, cette demande émanait de la préfecture de police.

Alors que la menace d'attentats plane sur l'Euro depuis les attaques terroristes qui ont frappé la France en 2015, les bars et les terrasses inquiètent particulièrement les services de sécurité. "Le nombre de cibles est infini. N'importe quel bar dans lequel des gars regardent le match. Donc il faudrait tout protéger tout le temps et c'est bien entendu impossible", a récemment affirmé un haut responsable policier. Plus de 77.000 policiers et gendarmes et une partie des 10.000 soldats de l'opération Sentinelle - versant militaire de Vigipirate - sont mobilisés pour la sécurité de l'Euro.

A LIRE AUSSI >> Fan zone de la Tour Eiffel : "C'est une folie de la maintenir"

EN SAVOIR + >> Comment les autorités vont sécuriser l'Euro 2016

Sur le même sujet

Lire et commenter