Euro Millions : le Français qui a remporté le jackpot de 83,4 millions d’euros ne l’a toujours pas réclamé

Euro Millions : le Français qui a remporté le jackpot de 83,4 millions d’euros ne l’a toujours pas réclamé

SOCIÉTÉ
DirectLCI
PERTES ET PROFITS – Le Français vainqueur du 6e plus gros jackpot de l’histoire de l’Euro Millions n’a, deux jours plus tard, toujours pas donné signe de vie à la Française des jeux...

Cinq numéros, les 22, 5, 31, 49, 21, auxquels s’ajoutent les "numéros étoiles" 8 et 2, pour un gain à huit chiffres : en cochant ces cases sur sa grille d'Euro Millions, cette fameuse loterie organisée dans neuf pays du Vieux Continent, un Français vient de remporter la modique somme de 83.397.527 euros. Un montant gonflé par sept derniers tirages sans vainqueur… Toutefois, celui-ci pourrait bien être le 8e de rang. En effet, Le Parisien nous apprend ce vendredi que, deux jours après le tirage, le veinard en question ne s’est toujours pas signalé auprès de la Française des Jeux (FDJ) pour obtenir son chèque.

Est-il seulement au courant qu'il a gagné ?

Il lui reste encore 58 jours, soit jusqu’au 10 juin, pour ce faire. Sinon ? "Le lot serait remis en jeu d'une manière ou d'une autre, sous forme d'un nouveau jackpot par exemple, ou d'une offre promotionnelle", explique la FDJ au quotidien. Ce ne serait pas, mais alors vraiment pas une première : en 2016, cinq vainqueurs n’ont pas été cherché leurs gains, contre dix en 2014. 

"Malgré une publicité considérable autour de ces victoires, il est probable que les détenteurs de billets ignoraient totalement qu'ils avaient gagné, indique le site de l’Euro Millions. Il est triste de constater que chaque année, un grand nombre de lots ne sont pas réclamés. Le plus gros d'entre eux était en décembre 2012 quand un jackpot d'une valeur de 63,8 millions de livres sterling (un peu plus de 75 millions d'euros) a été versé au fonds pour les actions caritatives après que le vainqueur au  Royaume-Uni n'a pas réclamé son lot. Et, en Novembre 2013, le fonds pour les actions caritatives a encore une fois bénéficié de 12 millions de livres sterling (14,14 millions d'euros)." Et si, finalement, c’était un mal pour un bien ?

Plus d'articles

Lire et commenter