Existrans 2016 : les transgenres gravissent une marche, mais leur combat continue

Existrans 2016 : les transgenres gravissent une marche, mais leur combat continue

AVANCÉE - Mercredi, l'Assemblée nationale a voté un projet de loi censé faciliter le changement d'état civil pour les transgenres, sans passer par la "stérilisation". De quoi réjouir les associations militantes, qui organisent samedi à Paris leur vingtième marche revendicative, même si elles émettent quelques réserves. Emilie nous a raconté son parcours du combattant pour changer de vie.

"Pendant 40 ans, j'ai cru que j'étais bonne pour l'asile psychiatrique." Avant de devenir une femme, Emilie a passé 50 ans dans la peau de Paul. Mais en 2013, elle décide de changer de vie. "J’ai voulu que la femme que je sentais vivre en moi depuis toujours sorte enfin." Le début d'un parcours semé d'embûches, qu'une réforme va bientôt venir faciliter.

A la veille de la 20ème marche organisée samedi à Paris par le collectif Existrans, pour les droits des transsexuels et des transgenres, Emilie se réjouit en effet de la loi votée mercredi à l'Assemblée nationale.  Bientôt, un juge ne pourra plus refuser une demande de changement d'état-civil au motif que la personne n'a pas subi de traitements médicaux, d'opération chirurgicale ou de stérilisation. Le texte stipule en effet que toute personne majeure ou mineure émancipée "qui démontre par une réunion suffisante de faits que la mention relative à son sexe à l'état civil ne correspond pas à celui dans lequel elle se présente et dans lequel elle est connue peut en obtenir la modification" devant un tribunal de grande instance. 

Cela fait trois ans et demi que je n'ai pas vu mes enfants- Emilie

C'est justement la démarche dans laquelle s'était engagée Emilie, aujourd'hui âgée de 60 ans. Elle avait saisi le tribunal de Senlis en 2015 afin de changer d'état civil. Sans succès. Sa demande avait été rejetée au motif qu’elle n’apportait pas la preuve de "l’irréversibilité du processus de changement de sexe". Mais en 2016, la cour d'appel d'Amiens est venue contredire cette décision en la reconnaissant officiellement femme. "C'était une grande journée d’émotion, nous raconte Emilie. J’ai failli en faire un malaise tellement c'était fort".

Son parcours n'aura pas été simple. Avant de changer de vie, Emilie a fait une tentative de suicide en 2012, après une énième dépression. Aujourd'hui, cela fait trois ans et demi qu'elle n'a pas vu ses enfants. Elle n'a plus de contact avec sa famille non plus. Des difficultés qui ne lui coupent pas pour autant l'envie de sourire. "J'assume une vie sociale et professionnelle depuis trois ans, se réjouit-elle. Dans mon entreprise, nous sommes quatre femmes sur une soixantaine de salariés. Et les relations avec les hommes se passent très bien". Aujourd'hui, elle dit même parler de son ancienne vie avec "facilité".

Le parcours du combattant n'est pas terminé

Prochaine étape pour Emilie, l'opération chirurgicale qui lui permettra de changer de sexe, programmée pour le 21 novembre. "C'est un très grand moment de bonheur de se dire qu'on arrive au bout du parcours de transition", nous confie-t-elle. Elle sait pourtant que le parcours du combattant n'est pas terminé. Les 10.000 à 15.000 transgenres et transsexuels français sont encore trop souvent mis au banc de la société. "Nous vivons une discrimination de la part de la société", estime de son côté Sophie Lichten, porte-parole du collectif Existrans.

Et même la loi votée mercredi à l'Assemblée ne fait pas l'unanimité. Sophie Lichten a notamment critiqué un texte "trop modéré", "rétrograde". "On nous laisse sous la tutelle d'un juge, qui pourra accepter ou refuser le changement. On devra aller dans certaines villes où on sait qu'un juge est favorable", a-t-elle prédit. Existrans, qui milite pour une procédure "rapide, libre et gratuite, en mairie", poursuivra son combat samedi lors de sa 20e marche revendicative à Paris.

VIDÉO. Insultes, préjugés... le parcours du combattant de Diane, transgenre, pour changer d'état civil

En vidéo

Insultes, préjugés... le parcours du combattant de Diane, transgenre, pour changer d'état civil

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Omicron : 464.769 nouvelles contaminations au Covid en 24 heures, un record en France

Covid-19 : à peine adopté, le pass vaccinal déjà obsolète face à Omicron ?

EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : découvrez les résultats de notre sondage quotidien du 18 janvier

République Tchèque : une chanteuse meurt du Covid-19 après l'avoir volontairement contracté

Covid-19 : vers une fin de la pandémie ? Plusieurs scientifiques y croient

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.