Face à la flambée des prix, la mairie de Paris assure qu'elle appliquera bien l'encadrement des loyers

Face à la flambée des prix, la mairie de Paris assure qu'elle appliquera bien l'encadrement des loyers

DirectLCI
LOGEMENT - Face à l'envolée des loyers constatée par l'association de consommateurs CLCV mercredi 18 juillet, la mairie de Paris a assuré qu'elle appliquerait l’encadrement des loyers sur les zones "tendues". A Paris, depuis l’annulation de cette disposition, les loyers se sont envolés.

En six mois, les loyers parisiens se sont envolés. C’est ce que note ce mercredi l’association de consommateurs CLCV, reprise par Franceinfo. L’explication de ce bond est très simple : il y a six mois, prenait fin l’encadrement des loyers, prévu par la loi Alur, et depuis annulé par un tribunal administratif, fin 2017.

Pour établir son état des lieux, l’association a étudié un millier d’annonces immobilières dans la capitale. Il apparaît qu'en 2017 déjà, du temps de la loi Alur, donc, 4 loyers sur 10 dépassaient le montant maximum fixé. Mais, six mois après, le nombre de "loyers conformes" a chuté de 13%. Avec des augmentations parfois en dépassement de 450 euros par mois. 

En vidéo

La justice annule l'encadrement des loyers à Paris

Interpeller le maire via "Loyer trop cher"

"60% des petits logements ont des loyers au-dessus de ce qui devrait être la règle", estime le président de la CLCV Jean-Yves Mano auprès de France info. Dans les agences immobilières, 77% des annonces respectaient l’encadrement des loyers, elles ont chuté de 20%. Même chose via les annonces de particuliers : moins de 40% des annonces ont un loyer adapté, même chose pour les sites comme Le Bon Coin ou Particulier à particulier. Une hausse des loyers qui n’est pas sans conséquences : "De plus en plus de classes moyennes sont obligées de quitter Paris : les étudiants, les personnes seules et les gens en difficulté financière", analyse le président.

L’association demande donc le retour de l'application de l'encadrement des loyers sur l'ensemble des zones tendues. Elle a d'ailleurs lancé, via son site, l'opération "Loyer trop cher", et propose d'interpeller son maire pour demander l'encadrement des loyers chez soi. "Il est urgent de revenir à ce dispositif, tel que prévu par le texte initial", indique encore le président à France info.


Une demande à laquelle la mairie a répondu, plus tard dans la journée, dans un communiqué. Reprenant les conclusions de l'enquête de l'association, Paris a assuré qu'elle demanderait "l'application stricte du contrôle des loyers" dans les zones tendues et ce, "dès l'automne", assure l'adjoint au logement Ian Brossat.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter