Marseille ne veut pas (trop) de touristes cet été

Marseille ne veut pas (trop) de touristes cet été

SURFRÉQUENTATION - Comme l'année dernière, Marseille s'attend à accueillir un flot de touristes très important cet été avec la levée progressive des restrictions. Un afflux redouté par la municipalité phocéenne.

Jean Castex a donné jeudi plus d’informations sur la levée progressive des restrictions prévue ces prochaines semaines. Ainsi, à partir du 3 mai, les contraintes de déplacement dans la limite des 10 km seront "levées" en journée, quand les commerces, activités culturelles, sportives et terrasses pourraient rouvrir "autour de la mi-mai" si la situation sanitaire le permet. Un allègement des restrictions qui va entrainer des déplacements inter-régions à la faveur de l’été.

Toute l'info sur

La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie et le déconfinement

Des déplacements que craignent notamment les autorités locales de la ville de Marseille. Ainsi, la municipalité a appelé mercredi à réduire la promotion de la ville, craignant "une très forte fréquentation (...) voire une situation de surfréquentation" touristique à Marseille cet été. "Il faut amplifier les moyens dévolus à l'accueil des touristes et réduire ceux dévolus à la promotion de la ville", a insisté l'adjoint au maire au Tourisme durable, Laurent Lhardit, lors d'une visioconférence.

Ce dernier a également regretté que l'office métropolitain du tourisme (OMT) ait prévu de dédier "plus d'un million d'euros à des opérations de publicité ou pour des salons" afin de vendre la destination marseillaise. "On souhaite qu’on y aille très mollo cette année sur la promotion de la destination de Marseille en France, parce que nous savons déjà que nous allons faire le plein", a expliqué M. Lhardit au micro de TF1.

Une cure de "démarketing" pour les calanques

"Il va y avoir des conditions sanitaires qui vont aussi faire que le fait d’avoir trop de monde au même endroit ne sera pas quelque chose de positif", a ajouté l’adjoint au maire au Tourisme durable. Cette crainte survient alors que la fréquentation a été massive dans les Bouches-du-Rhône l’été dernier, avec plus de 3,5 millions de touristes à Marseille en juillet et août 2020, une fréquentation en hausse de 60% par rapport à 2019.

Face à la surfréquentation, le Parc national des calanques, qui inclut plusieurs des calanques de Marseille, a déjà entamé cette année une cure de "démarketing", afin d'encourager les visiteurs à aller voir d'autres espaces naturels. "Il faut montrer à celui qui va vivre dans cet espace qu’il peut vivre des moments de quiétude, mais aussi des moments où il y aura beaucoup de monde sur des plages qui sont très restreintes", réagit Didier Réault, président du Parc national des calanques.

Lire aussi

Néanmoins, certains professionnels du secteur ne comprennent pas cette démarche, alors que les plannings de réservation sont pour l’heure vide pour le mois de juillet. Lionel Van Den Haute, hôtelier au Radisson Blu, regrette le choix de la municipalité de "convaincre les gens de ne pas venir à Marseille alors que les professionnels du tourisme sont quasiment à l’arrêt depuis plus d’un an". "On attend cette fameuse saison pour remettre tout le monde au travail", ajoute-t-il.

À Marseille, le tourisme représente 15.000 emplois et a généré en 2019 un milliard d’euros de retombées économiques. Ces dernières années, Marseille a accueilli près de cinq millions de visiteurs par an. Cette levée de boucliers de la municipalité pourrait également ne pas faire les affaires de la basilique Notre-Dame de la Garde, qui a perdu un million de visiteurs en 2020. Pour préserver son patrimoine, un appel aux dons a notamment été lancé ces dernières semaines.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Israël/Palestine : nouveau déluge de missiles la nuit dernière

Remontées mécaniques, parcs d'attractions, clubs libertins : les absurdités des réouvertures à venir

Traque dans les Cévennes : un homme armé toujours en fuite après un double meurtre

"On veut lui faire porter le chapeau", confie la sœur du tueur présumé d'Eric Masson

Nordahl Lelandais condamné à 20 ans de réclusion à perpétuité

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.