Facebook s’excuse après avoir censuré le tableau "La Liberté guidant le peuple" utilisé pour un spectacle

SOCIÉTÉ
DirectLCI
MEA CULPA - Un metteur en scène a obtenu des excuses de Facebook qui avait censuré l’affiche de son spectacle. Celle-ci reprenait le tableau d’Eugène Delacroix "La Liberté guidant le peuple" sur lequel une femme est représentée seins nus.

Pour "l’origine du monde" de Gustave Courbet, c’est non. Pour "la Liberté guidant le peuple", Facebook s’excuse. Deux jours après que la justice française ait débouté l’internaute qui poursuivait le réseau social pour l’avoir censuré sans raison, Facebook a fait son mea culpa sur un cas quasi-similaire.


La semaine passée, Jocelyn Fiorina, metteur en scène, avait fait la promotion de sa dernière création théâtrale Coups de feu rue Saint-Roch en utilisant une reproduction du tableau d’Eugène Delacroix. "Au bout d'un quart d'heure de [mise en ligne] de la publicité, la régie a bloqué notre diffusion en nous disant qu'il n'était pas possible de diffuser une image de nudité", a expliqué à l’AFP l’auteur de Coups de feu rue Saint-Roch, dont l'affiche reprend le tableau du XIXe siècle.

Pas de nudité même artistique !

Pourtant, le tableau est mondialement connu et symbolise la République française, explique l’intéressé au Figaro. Mais cela n’a pas suffi à faire plier le géant de Palo Alto. "J'avais alors échangé avec les modérateurs, qui étaient inflexibles en disant que même sur un tableau du XIXe siècle, ce n'était pas acceptable", explique Jocelyn Fiorina qui a, dès juin 2017, tenté de plaider sa cause auprès de Facebook car l’affiche de la pièce reprend l’œuvre, montrant une fille du peuple, représentation de Marianne seins nus, brandissant le drapeau tricolore. 

Cachez ce sein que je ne saurais voir, lui a rétorqué le site, bloquant la publication. "Nous n'autorisons pas les publicités avec de la nudité, même si cela n'est pas d'ordre sexuel", lui a rétorqué la société. "Cela inclut la nudité à des fins artistiques ou éducatives. Les publicités de ce type sont de nature sensible et ne sont donc pas autorisées." Les modérateurs lui avaient cependant indiqué qu’ils transmettaient sa requête et le tiendraient informés.


On sait depuis longtemps que la politique de Facebook face à la nudité est impitoyable. Tout comme celle sur la reprise de contenus vidéo ou audio déposés. Mais cette fois, la firme de Mark Zuckerberg a fait amende honorable. Dimanche, le réseau s’est "excusé pour cette erreur" et a reconnu que La Liberté guidant le peuple avait "parfaitement sa place" sur Facebook. "Afin de protéger l'intégrité de notre service, nous vérifions des millions d'images publicitaires chaque semaine et nous faisons parfois des erreurs", ont admis les responsables. Le metteur en scène devrait donc pouvoir poursuivre la promotion de son spectacle parisien.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter