Fiasco du Vélib' à Paris : dos au mur, Smovengo débranche tous ses vélos électriques

SOCIÉTÉ

DANS L’IMPASSE - Sommé de prendre des mesures d’urgence pour mettre fin au fiasco de la mise en place du nouveau Vélib', l'opérateur Smovengo a présenté jeudi son "plan d'urgence". Un plan en trois temps qui prévoit notamment le retrait temporaire de tous les vélos électriques.

"La situation est mauvaise, n'est pas acceptable." D’un (quasi) euphémisme, le directeur général de Smovengo, Jorge Azevedo, a reconnu ce jeudi le fiasco de la mise en place du nouveau Vélib' dans la capitale. Sommé par la mairie de Paris de prendre des mesures pour mettre fin à cette situation qui perdure depuis le début de l’année, l'opérateur a présenté jeudi son "plan d'urgence". 

Lire aussi

Un plan en trois temps censé permettre de résoudre la débâcle du déploiement des bicyclettes en libre-service, avec notamment le remplacement de "3000 vélos bloqués" en station et le retrait temporaire des vélos électriques. Invoquant à la fois "un planning très serré" pour un "projet ambitieux", des problèmes techniques et le mouvement de grève qui touche Smovengo depuis la mi-avril, Jorge Azevedo a ensuite détaillé les étapes de ce programme "de sortie de crise". 

En vidéo

A la découverte d'Amsterdam, la ville où il y a plus de vélos que d'habitants

Les vélos électriques progressivement réintroduits

Première étape, "le remplacement des vélos bloqués en station" d'ici au 8 mai. Ils sont "environ 3000" selon le directeur général, qui a cependant précisé qu'il s'agissait encore d'une estimation et qu'il pouvait y en avoir plus. "2000" d'entre eux auraient été déjà remplacés. 

Deuxième engagement de l'opérateur pour le 8 mai : "le remplacement de 400 stations sous batterie", ces dispositifs destinés à pallier les problèmes d'électrification des bornes, mais qui sont eux-mêmes peu fiables. Smovengo va d'ailleurs cesser d'ouvrir des stations fonctionnant sur batterie tout en maintenant le parc actuel.      

Autre annonce phare, le "retrait temporaire des vélos électriques" qui sont trop souvent inutilisables à cause des problèmes d'électrification des bornes. Ces vélos, principal changement par rapport à la flotte du précédent opérateur JC Decaux, seront progressivement réintroduits selon Smovengo, à partir du moment où "l'ensemble des stations mises en service" seront "totalement électrifiées". 

Le déploiement total remis à plus tard

Le système "Park+", qui permettait de garer son vélo dans une station déjà pleine mais qui s'est révélé trop complexe, sera lui aussi suspendu pour éviter l'engorgement des stations. L'opérateur promet également de doubler les effectifs de son centre d'appel.

Smovengo s'engage par ailleurs à atteindre les "800 stations" installées dont "80% électrifiées" pour fin juin au plus tard, contre environ 670 stations en place aujourd'hui (dont 400 fonctionnant sur batterie). Objectif affiché : retrouver une fréquence de courses quotidiennes équivalente à celle de début avril, 30.000 selon l'opérateur contre "moins de 10.000" aujourd'hui.     

Le déploiement final des 1400 stations est quant à lui remis à plus tard, "une fois le fonctionnement du service stabilisé". Selon Smovengo, environ 9000 vélos sont déployés aujourd'hui, dont au moins 3000 à remplacer, et environ 20% de vélos électriques qui sont donc eux aussi amenés à être remplacés.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter