Fin de la rocade à 70 km/h à Rennes : l’exemple breton peut-il essaimer ?

Fin de la rocade à 70 km/h à Rennes : l’exemple breton peut-il essaimer ?

LA QUESTION – Pendant un an, la ville de Rennes a expérimenté la baisse de la vitesse à 70 km/h sur sa rocade, avec pour objectif de réduire la pollution, améliorer la fluidité, réduire les accidents. Un an après, le constat est clair : cela ne marche pas et le 90 km/h sera de retour samedi. L’exemple rennais peut-il essaimer ?

"Je suis passé sur cette rocade de Rennes, je me sentais en totale insécurité, avec des voitures à un mètre de ma roue arrière, aucune possibilité de se dégager… Je voulais sortir le plus vite possible. 70 km/h sur cette rocade, c’est un non-sens". Denis Chaimbault est responsable de la Fédération des motards en colère de Loire-Atlantique. Et il garde un bien mauvais souvenir de son passage sur la rocade rennaise, où la vitesse a été abaissée de 20 km/h, en octobre 2015, pour passer donc de 90 à 70 km/h. La Ville avait décidé de tester ce dispositif, pendant un an, pour diminuer la pollution, l’accidentalité, les nuisances sonores et les bouchons.

Sauf qu’un an après, le bilan est bien mauvais : aucune amélioration des temps de parcours, voire dégradation sur certains secteurs malgré un trafic en baisse ; aucun impact notable sur le bruit ; peu d’incidence en matière de sécurité routière. Et même plutôt une légère dégradation, avec une augmentation des accidents en sept mois (de 28 à 33)  ainsi que des blessés (de 38 à 43). Enfin, la qualité de l’air, l'un des principaux objectifs, a, elle aussi, connu une "légère dégradation" sur les tronçons à 70 km/h. "Les distances entre les voitures se réduisaient, les gens avaient tendance à rester sur la file de droite car il était trop difficile de doubler", nous détaille la Ville de Rennes. Au final, la municipalité a décidé de tout abandonner. A partir de samedi, c’est donc retour à 90 km/h sur la rocade. "Notre premier combat était celui de la qualité de l’air. Constatant que cela ne marche pas, nous allons agir sur d’autres leviers", indique la mairie. 

VIDEO. Réduction de vitesse sur la rocade de Rennes : l’heure du bilan (mitigé)

En vidéo

Réduction de vitesse sur la rocade de Rennes : l’heure du bilan (mitigé)

"Il y a un an, je passais pour un illuminé"

Depuis quelques années, plusieurs municipalités, comme Nantes, Paris ou Grenoble, surfent aussi sur cette tendance de baisser la vitesse de circulation sur leur périphérique, présentée comme LA solution miracle en matière de pollution et d’accidentologie. L’expérience rennaise va-t-elle infléchir leurs positions ? C’est en tout cas ce que croit Pierre Chasseray, secrétaire général de 40 millions d’automobilistes, vent debout contre cette mesure. "Rennes est la preuve aujourd’hui qu’abaisser la limitation de vitesse n’est pas la solution, ni à l’accidentalité, ni à la qualité de l’air. Alors quel intérêt de conserver cette mesure ?", nous lance-t-il. "Mais il y a un an, quand je tenais ce discours, je passais pour un illuminé."

Pour lui, le cas rennais met un "coup d’arrêt" à l’application éventuelle de ce dispositif dans d’autres villes. Des mairies qui réfléchissaient à le mettre en place vont sans doute l'oublier. Mais pour celles qui le pratiquent déjà, c’est plus incertain. A Grenoble, tout comme à Paris, aucune volonté n’est ainsi marquée d’infléchir le dispositif. Dans la capitale, les autorités avaient dressé un bilan, en janvier 2015, un an après le passage à 70. Et là aussi, les résultats semblaient... très nuancés. Car si les autorités mettaient notamment en avant la baisse du nombre d'accidents (-15, 5% en 2014), elles ne s'attardaient guère en revanche sur le nombre de tués, qui lui a augmenté de 75%, avec un passage de 4 à 7 morts. Et cette fois, aucune communication sur d'éventuelle statistique quant à une baisse de la pollution, tandis que l'impact sonore, lui, était quasi nul. 

"Pour la fluidité de la circulation, c'est plutôt pire"

Des résultats incomplets, donc. En mai dernier, le site Auto-moto avait quant à lui effectué ses propres calculs en se basant sur les données d'Airparif. Sa conclusion : la diminution de la vitesse n’avait eu aucun impact positif sur la pollution, et un effet  nul sur le bruit. "Il se peut même qu’elle ait engendré une hausse des émissions de l’oxyde d’azote", notait le journal. Pour le secrétaire de 40 millions d’automobilistes, il s’agit "de choix politiques" : "Les villes qui baissent la vitesse sont des villes socialistes ou EELV, qui veulent à tout prix conserver l’électorat écologiste", détaille-t-il. 

A Nantes, où deux tronçons de la rocade sont passés à 70 km/h en juillet 2013, la préfecture n’aligne pas de bilan chiffré en matière d’accidentologie sur les kilomètres concernés. Mais elle n'affiche pas de volonté de revenir sur le processus. Pourtant,  la Fédération des motards en colère n’a eu de cesse d’émettre des réserves, notamment sur la sécurité. "Il n’y a rien de flagrant sur la réduction du bruit, on n’a pas de chiffres sur l’accidentologie, et pour la fluidité de la circulation, c’est plutôt pire", nous détaille Denis Chaimbault. "C’est même dangereux sur certaines tronçons : par exemple, sur le pont de Cheviré, rouler à 70 expose à un fort vent latéral et fait perdre de la stabilité. D’autant que les poids lourds roulent désormais à la même vitesse et qu’on est donc dans l’incapacité de les doubler."  Pas sûr, pourtant, que le dispositif soit remis en cause. "C’était au début présenté comme une expérimentation, mais on nous a rajouté deux radars au début du pont… Ca ne paraît pas être le signe d’un éventuel retour en arrière."

  

C’est d’ailleurs un autre effet, commun lui à toutes les villes passées à 70 : l’explosion du nombre d’infractions… et donc de PV dressés. A Paris, le nombre d’infractions a par exemple été multiplié par 3, 5 entre 2013 et 2014, passant de 138 138 à 461 596.

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    EN DIRECT - Covid-19 : la France double le nombre de doses qu'elle prévoit de donner aux pays pauvres

    Global Citizen Live : tout ce qu’il faut savoir sur le concert événement diffusé samedi sur TMC

    Éruption du volcan aux Canaries : comment expliquer l'arrivée en France du nuage de dioxyde de soufre

    Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la carte des départements concernés

    VIDÉO – "The Voice All Stars" : Néo, le groupe créé par Pascal Obispo, a bluffé les coachs

    Lire et commenter
    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.