Fin du port du masque obligatoire avec le pass sanitaire : on fait le point

Fin du port du masque obligatoire avec le pass sanitaire : on fait le point

PROTOCOLE SANITAIRE - Dans tous les lieux soumis au contrôle du pass sanitaire, il sera désormais possible de retirer le masque, en tout cas sur le principe. Mais dans les faits, les exceptions à la règle sont nombreuses.

Un allègement du protocole sanitaire, en contrepartie du contrôle du pass sanitaire à l’entrée de nombreux lieux publics : c’est ce que prévoit un décret publié dimanche 8 août au Journal officiel, qui indique que le masque ne sera plus obligatoire dans les établissements qui imposent ce pass à compter de ce lundi 9 août pour certains, depuis le 21 juillet pour d’autres. 

Selon ce décret, sont donc concernés sur le principe les restaurants, bars, cinémas, parcs d’attraction… ainsi que les centres commerciaux où le pass sanitaire sera contrôlé, sur décision préfectorale. Ce mercredi 11 août, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a cependant précisé qu'avait été demandé aux préfets de rendre le pass sanitaire obligatoire dans les centres commerciaux de plus de 20.000 m² dans les départements où le taux d'incidence dépasse les 200 cas pour 100.000 habitants. Des territoires où les préfets devront également rétablir le port du masque obligatoire en intérieur dans les lieux recevant du public. Une mesure prise en Conseil de défense pour tenter de "freiner des quatre fers" l'épidémie de Covid-19, a-t-il souligné.

Toute l'info sur

Le pass sanitaire, nouvel outil du quotidien

Le masque reste obligatoire dans les transports et peut être rétabli par les préfets

Dans de nombreux autres cas, le port du masque restera de mise. C'est notamment le cas des transports, qui font exception à la nouvelle règle. "Le masque continuera donc à être obligatoire dans les trains", selon un responsable de la SNCF. Le sésame pour voyager restera le trio "un billet, un passe, un masque", a-t-il ajouté. Pour voyager en autocars et avions, le port du masque sera également obligatoire.   

Une mesure confirmée lundi matin sur France Inter par Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué aux Transports : "Nous sommes dans une quatrième vague qui est active", face à laquelle "le principe de précaution en la matière est bien d'avoir le port du masque obligatoire dans les transports", a-t-il estimé, affirmant que cette décision était "acceptée".

Quant aux établissements qui accueillent du public, le préfet peut décider de maintenir le port du masque "lorsque les circonstances locales le justifient", pointe le décret. L’exploitant d’un lieu peut aussi décider de prolonger l’obligation pour son établissement, ainsi que les organisateurs d’un événement. La plupart des cinémas multiplexes ont d’ailleurs décidé de conserver le masque obligatoire, malgré la mise en place du pass sanitaire et la levée de l’obligation de la protection faciale au 21 juillet dernier.  

Les salariés de tous les lieux concernés par l’extension du contrôle de ce pass devront également garder le masque et seront soumis au pass sanitaire à compter du 30 août seulement. 

Lire aussi

Le port de protection faciale reste aussi de rigueur en entreprise et en extérieur dans certains espaces publics de forte fréquentation à l’échelle de plusieurs départements : au vendredi 6 août, 38 d’entre eux étaient concernés.

La levée de l’obligation du port du masque dans les lieux où le pass sanitaire est mis en place ne fait pas l’unanimité parmi la communauté scientifique. Alain Fischer, le "Monsieur vaccin" du gouvernement, président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, jugeait la mesure prématurée en juillet dernier, tant que la couverture vaccinale n’a pas atteint les 80%. "À l'extérieur, ok, mais dans une situation où beaucoup de personnes sont réunies dans un même lieu, je pense qu'il faut rester prudents", avait-il estimé sur Europe 1 le 16 juillet, appelant à "garder ces mesures, patienter encore un peu".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : Wejdene éliminée, Bilal Hassani arrive en tête du classement

Rémy Daillet, figure des milieux complotistes, mis en examen pour association de malfaiteurs terroristes

EN DIRECT - Covid-19 : le taux d'incidence remonte en Allemagne, pour atteindre son niveau de mai

Drogue au volant : l'étau se resserre sur les fumeurs de cannabis

Procès des attentats du 13-Novembre : "En réalité, il était déjà mort mais l'information n'avait pas été transmise"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.