Le Bricomarché présente ses excuses après avoir incité ses clients à faire des stocks de Roundup

Le Bricomarché présente ses excuses après avoir incité ses clients à faire des stocks de Roundup

FINISTÈRE - Un magasin Bricomarché de Carhaix a présenté ses excuses à ses clients à qui il avait proposé un déstockage de l'herbicide controversé Roundup, dont le principe actif est le glyphosate.

"Déstockage avant interdiction à la vente 31/12/18. Faites votre stock". Voici l'affichette qu'ont aperçu les clients d'un magasin Bricomarché de Carhaix, ces derniers jours. Une pancarte promotionnelle comme une autre, ou presque, puisqu'il s'agissait de Roundup, cet herbicide controversé dont le principe actif est le glyphosate. Devant la polémique, l'enseigne a présenté ce dimanche ses excuses. 

"Nous avons bien pris en compte le mécontentement de nos clients concernant notre tête de gondole sur les produits phytosanitaires. Nous tenons à nous excuser de notre maladresse", indique le magasin breton sur sa page Facebook. "Il s'agit d'une erreur humaine et non d'une provocation de notre part, ni [d'une volonté] de faire le buzz. Nous allons proposer de ce fait des produits en adéquation avec les cultures biologiques", précise le magasin, qui ajoute avoir retiré sa tête de gondole ainsi que l'affiche l'accompagnant.

Toute l'info sur

Le scandale du glyphosate

Lire aussi

Le glyphosate déjà interdit en France

Prise en photo, l'affiche a fait vendredi le tour des réseaux sociaux, à commencer par Twitter, conduisant la direction du magasin à s'excuser. 

En France, l'utilisation du glyphosate, substance active de nombreux herbicides, soupçonné d'être cancérigène, est déjà interdite aux collectivités dans les espaces ouverts au public depuis le 1er janvier 2017. Son utilisation sera interdite pour les particuliers à partir du 1er janvier 2019. Le produit ne se trouve d'ores et déjà plus en libre-service : il doit être placé en magasin dans une armoire sous clé ou derrière un comptoir.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 25.263 personnes hospitalisées, 301 décès en 24h

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : "J’ai ressenti l’injustice profonde, choquante", explique Nicolas Sarkozy dans le Figaro

Mesures de restriction : pourquoi Emmanuel Macron fixe-t-il un horizon de "4 à 6 semaines" ?

Les 65-75 ans avec comorbidités "peuvent se faire vacciner" avec AstraZeneca, annonce Olivier Véran

Lire et commenter