Finistère : un dauphin trop collant donne une peur bleue aux baigneurs

Finistère : un dauphin trop collant donne une peur bleue aux baigneurs

Société
DirectLCI
DÉFENSE D'APPROCHER - Établi depuis plusieurs mois dans la rade de Brest, le dauphin "Zafar", désormais en rut, inquiète les autorités car il se montre trop entreprenant avec les humains. La commune de Landevennec, près de Brest, a restreint la baignade sur ses plages lorsqu’il pointe le bout de son nez.

On se souvient du phoque, You, devenu ces dernières années l’attraction des vacanciers et des surfeurs sur les plages de Gironde. Dans le Finistère depuis quelques jours, c’est un dauphin, surnommé "Zafar", qui se frotte aux baigneurs d’un peu trop près et donne des sueurs froides aux autorités. 

En vidéo

A la découverte des grands dauphins dans les Côtes d'Armor

L’animal de trois mètres a pointé le bout de son nez dans la rade de Brest il y a plusieurs mois. S’il a d’abord amusé les baigneurs, ceux-ci ont commencé à rire jaune lorsque ses recherches de contact se sont faites un peu trop pressantes. Depuis, le mammifère se frotte aux embarcations et poursuit les baigneurs. Il a même soulevé une femme avec le bout de son nez la semaine dernière, selon le maire de la commune de Landevennec. L’élu a donc pris une mesure de sécurité : au vu de "la présence exceptionnelle d'un dauphin solitaire dans le secteur de Port-Maria", des "risques qui en découlent" et de "l'avis des spécialistes des mammifères marins" recueillis auprès du parc Océanopolis de Brest, "la baignade et la plongée sont interdites sur le littoral de la commune (...) dès que la présence du dauphin est avérée", a écrit Roger Lars dans un arrêté pris le 20 août. "L’approche volontaire à moins de 50 mètres du dauphin" est également interdite, sauf pour "les personnes accréditées par le Ministère de l’Environnement au titre du suivi des mammifères marins".


Un avocat au barreau de Quimper, jugeant cet arrêté "excessif", a toutefois déposé un recours devant le tribunal administratif de Rennes. "Combien y a-t-il eu d’accidents avec un dauphin en Finistère depuis que les deux espèces (dauphin et humain, ndlr) cohabitent ? Aucun", a-t-il écrit dans un communiqué, jugeant qu'avec "un tel arrêté, le maire veut faire passer un dauphin pour une bête presque féroce, totalement imprévisible, susceptible de noyer les gens".  "A ce régime-là, ironise-t-il dans son texte, à l'approche par un piéton d'un chien même tenu en laisse, tous les maires du Finistère et même de France devraient prendre un arrêté interdisant la circulation piétonne en ville..."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter