Flavie Flament rendra lundi son rapport sur le délai de prescription pour les viols

SOCIÉTÉ
DirectLCI
JUSTICE - L’animatrice Flavie Flament avait été nommée par Laurence Rossignol, la ministre du Droit des femmes, à la tête d’une mission de consensus sur le délai de prescription pour les viols pour les victimes mineures, après avoir révélé publiquement avoir été violée à l’âge de 13 ans.

Le 16 octobre 2016, Flavie Flament se confiait pour la première fois dans le magazine Sept à Huit sur le viol qu’elle a subi à l’âge de 13 ans. L’animatrice avait par la suite précisé ses accusations en désignant le photographe David Hamilton comme celui qui l'a violée au Cap d’Agde alors qu’elle avait 13 ans et posait pour lui. C’était en 1987, le photographe était alors au sommet de sa gloire grâce à ses séries de photos d’adolescentes dénudées.


Cette histoire, Flavie Flament l’avait d’abord racontée dans son autobiographie La consolation mais sans dévoiler le nom de l’artiste, à cause du délai de prescription dépassé. 

Un rapport remis lundi à la ministre du Droit des femmes

Le photographe britannique avait ensuite été retrouvé mort à son domicile parisien dans la soirée du vendredi 25 novembre 2016. Des médicaments avaient été découverts à proximité de son corps.


Quelques jours auparavant, Laurence Rossignol, la ministre des Familles, de l’Enfance et Droits des femmes avait confié à l'animatrice un rapport sur le délai de prescription applicables aux crimes sexuels. Un nouveau projet de loi vise à modifier les délais de prescription pénale pour les crimes et délits pour les victimes majeures, mais il ne prévoit pas de changement pour les victimes mineures.


Le rapport confié à Flavie Flament vise justement à modifier les délais de prescription pénale pour les victimes mineures. Pour piloter ce rapport, Jacques Calmettes, un ancien magistrat, a accompagné l'animatrice. Ils remettront donc le précieux document ce lundi 10 avril à Laurence Rossignol. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter