Focus sur Vigicrues, le dispositif qui surveille les risques d'inondations

SOCIÉTÉ

ZOOM – Alors que la France a les pieds dans l'eau, c'est l'outil essentiel pour informer les pouvoirs publics et la population sur les risques d'inondations. Metronews vous en dit plus sur le dispositif "Vigicrues" du gouvernement, accessible à tous sur Internet.

Un Français sur quatre est potentiellement exposé au risque d'inondations. Autant dire que le site Vigicrues, chargé de surveiller près de 22.000 kilomètres de cours d'eau sur les 270.000 que compte la France métropolitaine, est très suivi (11,7 millions de personnes l'avaient consulté en 2014). Et encore plus ces derniers jours, alors que la pluie s'est abattue en trombes sur l'Hexagone et que ce jeudi matin, un département, la Seine-et-Marne, reste en vigilance rouge inondation, tandis que six autres sont en vigilance orange (Essonne, Loiret, le Loir-et-Cher, le Cher, l'Indre, et l'Indre-et-Loire).

Qui y travaille ?
Au centre de ce système d'information chargé de surveiller comme le lait sur le feu les grands fleuves et principales rivières de France, le Service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondations, Schapi pour faire plus court. Basé à Toulouse où une trentaine de spécialistes de l'hydrologie ou de la météorologie y collaborent, il agit sous la tutelle du ministère de l'Ecologie et regroupe toutes les informations que lui transmettent les 19 Services de prévision des crues (SPC) répartis sur tout le territoire.

C'est à partir de ces données qu'il publie, au moins deux fois par jour (à 10 heures et 16 heures, mais plus fréquemment quand la situation l'exige comme à l'heure actuelle), une carte nationale et des cartes locales représentant, tronçon par tronçon sur lesquels l'internaute peut cliquer, les cours d'eau suivis. Ces cartes sont accompagnées de bulletins qui commentent la situation en cours, ses évolutions prévues et les comportements qu'il faut y associer.

► Comment ça marche ?
Pour surveiller en temps réel les cours d'eau et prévenir les inondations, tout en  indiquant leurs variations au cours des derniers jours et des dernières heures le Schapi et les SPC s'appuient sur 1500 points de mesure télétransmis, des capteurs automatiques qui mesurent les débits et les hauteurs des cours d'eau par rapport à un niveau de référence.

Grâce aux informations qu'ils transmettent et à des modèles de prévision des crues, le site Vigicrues peut fournir des prévisions chiffrées. Ainsi, si l'on clique par exemple sur le tronçon "Seine moyenne" , en vigilance orange ce jeudi matin, on peut lire qu'un maximum compris "entre 5,2 mètres et 5,6 mètres" est prévu au niveau de Melun (Seine-et-Marne) dans la journée.

 Quels niveaux de vigilance ?
Comme pour Météo France qui travaille main dans la main avec Vigicrues, et relaie ses informations, quatre niveaux de vigilance associés à une couleur ont été définis : vert lorsque aucune vigilance particulière n'est requise, jaune lorsqu'un risque de montée des eaux "n'entraînant pas de dommages significatifs" est prévu, orange lorsque la crue est susceptible d'être "importante", et en rouge si celle-ci peut être "majeure ou exceptionnelle".

Ce dernier échelon, activé à plusieurs reprises ces derniers jours, est plutôt rare : en 2014, le Schapi a comptabilisé 173 jours de vigilance jaune, 54 de vigilance orange, et seulement 16 de vigilance rouge. A noter que la vigilance n'est pas une alerte : cette dernière est activée par le préfet lorsque le danger est avéré, permettant aux maires de mobiliser les moyens de secours.

EN SAVOIR +

>> 
VIDEOS - Inondations en Ile-de France : le point à Longjumeau, Nemours ou Paris
>> 
Alerte inondations : fin de la vigilance rouge pour le Loiret

Lire et commenter