"Fofolle", "main à 90°"... : un cas "d'homophobie ordinaire" sur un groupe Facebook de médecins

"Fofolle", "main à 90°"... : un cas "d'homophobie ordinaire" sur un groupe Facebook de médecins

DirectLCI
POLEMIQUE - Plusieurs commentaires relevés sur la page Facebook "Les médecins ne sont pas des pigeons" ont provoqué la colère d'internautes, y voyant de l'homophobie ordinaire. L'auteur du message polémique, contacté par LCI, dément toute "mauvaise intention". Les commentaires étaient toujours en ligne ce mercredi soir.

De l’homophobie ordinaire sur les forums de médecins ? C’est en tout cas ce qu’affirment de nombreux internautes qui ont mis la main, ce mercredi 28 décembre, sur plusieurs commentaires postés sur la page Facebook "Les médecins ne sont pas des pigeons", communauté virtuelle rassemblant plus de 30.000 membres.


Un témoignage, notamment, a attiré l’attention. Publié le 26 décembre dernier, il relate une consultation pour "fissure anale", détaillant ainsi : "Le truc, c’est que le patient est homosexuel. Pas un homo de type'fofolle' avec des manières surjouées, plutôt un monsieur tout le monde." Faisant face, au sein même de la communauté, à plusieurs remontrances sur son vocabulaire et les "clichés véhiculés", l’auteur du post, qui se présente comme médecin, tente alors d’argumenter ses propos. Et précise : "Le terme ‘fofolle’ était sans doute choquant mais il est évocateur. Je ne vais pas rentrer dans le détail génétique et neurologique mais je suis sûr que vous voyez ce que je veux dire quand je parle d’un homme qui ‘surjoue’ des comportements féminins : façon de parler avec intonations vers le haut, expressions faciales exagérées, main à 90° en marchant (posture de la théière que l’on décrit en théâtre), marche avec les pieds sur une ligne en balançant les hanches, etc…"

"Homophobie ordinaire"

Une description qui fait bondir sur les réseaux sociaux. Sur twitter, notamment, nombreux sont les internautes qui reconnaissent dans ces propos une "homophobie ordinaire".

Polémique de la fresque pornographique

Contacté par LCI ce mercredi après-midi, l’auteur du message polémique nie toute "mauvaise intention". Et, tout en précisant qu’il ne souhaite pas réagir aux critiques, déplore que l’on "déforme le sens des mots pour chercher de l’homophobie partout". 


Pourquoi ces messages n'ont-ils pas été modérés, alors même qu'ils ont été postés il y a 48 heures ? Philippe Letertre, à l'origine de ce groupe Facebook, nous indique "ne pas lire tous les commentaires car ils sont trop nombreux", ni d'avoir "d'avis sur tous ces commentaires". "Le plus simple est peut-être de signaler le post. Dans ce cas-là, je le lis et le plus souvent le retire pour faire simple". 


Toujours est-il que le groupe "Les médecins ne sont pas des pigeons" n’en est pas à sa première publication polémique. En janvier 2015, une partie de cette communauté s’était illustrée dans l’affaire de la fresque pornographique retrouvée au CHU de Clermont-Ferrand. Alors que la ministre de la Santé Marisol Touraine, y voyant une scène de viol collectif, avait réclamé qu'elle soit effacée, sur Facebook plusieurs médecins ont crié à la censure, et divulgué en public le numéro de portable d'une membre d'Osez le féminisme qui s'était indignée de l'affaire. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter