Forêts, eau potable, déserts... Une "transformation majeure" menace de bouleverser les écosystèmes

Forêts, eau potable, déserts... Une "transformation majeure" menace de bouleverser les écosystèmes

Société
DirectLCI
TERRE - Le réchauffement climatique menace de bouleverser les écosystèmes dans les 100 à 150 prochaines années, prédit une étude publiée jeudi dans la revue "Science". La faune et la flore sont particulièrement exposées, notamment en Europe et aux Etats-Unis.

Les forêts ne sont pas les seules à être menacées par le réchauffement climatique. Dans les 100 à 150 prochaines années, des changements déjà enclenchés vont probablement s'étendre aux savanes et aux déserts. Ils bouleverseront alors les écosystèmes et menaceront la faune et la flore, notamment en Europe et aux Etats-Unis, et affecteront l'eau potable et le cycle de formation de l'eau.

C'est en tout cas de que prédisent des travaux publiés jeudi 30 août 2018 dans la revue Science. "Si nous laissons le changement climatique hors de contrôle, l'apparence de la végétation de cette planète va être totalement différente de ce qu'elle est aujourd'hui et cela représente un risque énorme pour la diversité de la planète", relève l'un des auteurs de l'étude. Certains de ces bouleversements seraient déjà à l'oeuvre, à l'exemple des incendies qui ravagent le sud-ouest des Etats-Unis.

Objectifs de l'Accord de Paris de 2015

Les scientifiques s'appuient sur des fossiles et des relevés de température remontant à 21.000 ans, à la fin de la dernière période glaciaire quand la température de la planète a augmenté de 4 à 7 degrés. Les experts ont toutefois rappelé que leurs prévisions étaient prudentes, car ce réchauffement lointain a été causé par des variations naturelles et sur une période beaucoup plus longue. 

En vidéo

Même si l'accord de Paris est respecté, ça va chauffer pour la planète

Pour les chercheurs, si les émissions de gaz à effet de serre sont plafonnées aux objectifs fixés par l'Accord de Paris de 2015, "la probabilité d'une modification à grande échelle de la végétation est inférieure à 45%". Mais si rien n'est fait, cette probabilité est "supérieure à 60%". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter