Forum porno-graveleux, harcèlement et sexisme... l’école 42 de Xavier Niel épinglée

SOCIÉTÉ

Toute L'info sur

#BalanceTonPorc, le hashtag qui réveille les consciences contre le harcèlement

SEXISME – Une enquête de "L’Usine Nouvelle" publiée jeudi 16 novembre dénonce les comportements inappropriés qui seraient légion au sein de l’école d’informatique parisienne créée en 2013 par le patron de Free.

Difficile d’être une femme à l’école 42. Si l’on en croit une enquête publiée ce jeudi par L’Usine Nouvelle, l’organisme de formation spécialisé en informatique fondé en 2013 à Paris par Xavier Niel est le théâtre de comportements sexistes récurrents qui rendraient la vie impossible à la gent féminine. Les témoignages recueillis par nos confrères auprès d’étudiantes - actuelles ou anciennes - de l’établissement décrivent en tout cas une ambiance délétère. 

"Les couloirs de l’école ressemblent à un vestiaire de football. Cette ambiance nous bouffe littéralement", dit par exemple Mathilde*, encore perturbée par certaines (mauvaises) expériences vécues. "On m’a poursuivie sur un étage et demi - que j’ai dû remonter à reculons - pour voir sous ma jupe", explique-t-elle. "On ne se sent pas en sécurité ici." Sentiment similaire chez Lola*, une autre élève à l’école 42. "Je ne me sentais pas à ma place parce que j’étais une fille", confie la jeune femme, qui n’osait plus porter de jupes ou de shorts par peur de remarques déplacées. "J’ai même hésité à partir."

Voir aussi

Une chaîne Slack lubrique et dégradante

Les étudiantes mettent notamment en cause une chaîne de discussion Slack (sorte de messagerie interne) baptisée "Not safe for work" (NSFW), "lieu de partage de contenus pornographiques à teneur misogyne" selon L’Usine Nouvelle, qui en dévoile quelques captures d’écran. Accessible aux 3000 élèves de l’école et gérés par eux, ce forum où pullulaient les photos pornographiques ou les commentaires graveleux a fini par être fermé en octobre après une lettre de plainte envoyée par une dizaine de femmes à la direction. "Les élèves qui ont publié des contenus insultants sur cette chaîne ont été sanctionnés", fait valoir au site Fabienne Haas, directrice de la communication de l’établissement, se défendant d’une réaction trop tardive.

Si elle confesse que "quelques filles sont venues [la] voir car elles ne se sentaient pas bien dans l’école", elle assure que "très peu de cas de comportements déviants ont été remontés et ceux portés à [sa] connaissance ont été traités immédiatement et des sanctions, pouvant aller du travail d’intérêt général à l’exclusion, ont été prises". 

Il y a un effet d’entraînement comme dans une cour de récréation- Lola, étudiante à l’école 42

Ultra-majoritairement masculine (les femmes représentent à peine 10% des effectifs), l’école serait également en proie à une forme de phénomène de meute. "Il y a un effet d’entraînement comme dans une cour de récréation", analyse Lola, selon qui les images de vidéosurveillance des locaux, auxquelles peuvent accéder les étudiants, servent aux garçons à repérer les filles qu’ils aimeraient bien draguer. "Certains garçons, qui ne sont pas comme ça individuellement, se comportent de manière déplacée parce qu’ils ont l’impression que c’est permis." Mathilde, qui rappelle que "la majorité des garçons de l’école ne sont pas sexistes", cherche à comprendre : "L’école 42 est une école qui veut casser les codes, qui dit à ceux qui veulent y entrer 'venez comme vous êtes'. Certains détournent ce message et y voient un accord de l’école à laisser faire ce qu’ils veulent."

"Nous ne pouvons pas empêcher des étudiants de draguer les filles, parfois lourdement", répond Fabienne Haas, tout en certifiant qu’"intégrer plus de femmes dans le numérique a toujours fait partie des missions de l’école". Une mission qu’elle compte poursuivre. "Nous sommes sans cesse en train de chercher des conférenciers pour les faire intervenir sur le sujet de la diversité. Le staff de l’école va également être sensibilisé aux questions de mixité."

Lire aussi

En vidéo

Harcèlement scolaire : comment le combattre ?

* les prénoms ont été modifiés

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter