Francis Heaulme : son étrange lettre à la police

Francis Heaulme : son étrange lettre à la police

Société
DirectLCI
ENQUETE - A partir de lundi, Francis Heaulme sera jugé pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz en 1986. Une lettre anonyme donnant des éléments sur les lieux du crime et envoyée à la police quinze jours après les faits, vient d'être authentifiée par une graphologue. Elle est formelle, l'auteur n'est autre que le routard du crime.

A quelques jours de l'ouverture du procès de Francis Heaulme, le dossier de Montigny-lès-Metz réserve encore quelques surprises. Le Républicain Lorrain révèle en effet que le tueur en série est bien l'auteur d'une lettre anonyme envoyée à la police peu après le double meurtre.

Le 28 septembre 1986, les corps de Cyril Beining et Alexandre Beckrich, tous deux âgés de 8 ans, avaient été découverts sur un talus le long d'une voie de chemin de fer. Les crânes avaient été fracassés à coups de pierre. Deux semaines après, les enquêteurs avaient reçu un étrange courrier posté à Metz. Selon une graphologue mandatée par le président de la cour d'assises de Metz, où se tiendra le procès du 31 mars au 23 avril, "l'enveloppe oblitérée le 11 octobre 1986 et son courrier (...) sont de la main de Francis Heaulme". Il n'a en revanche pas collé le timbre, un profil ADN féminin inconnu ayant été retrouvé.

"Il surveillait de près l'évolution de l'enquête"

Truffée de fautes, et écrite dans un style télégraphique, la missive donne des indications sur la scène de crime et évoque notamment une voiture "claire petite genre Peugeot Renault (...) vue carrefour sous chemin de fer" Un véhicule qui pourrait faire écho à la Fiat Panda de couleur claire recherchée à l'époque par la police. L'auteur a également accompagné son texte du dessin d'un suspect masculin, "cheveux châtains" et "teint pâle".

Pour l'un des avocats des parties civiles, Me Dominique Boh-Petit, ce courrier prouve que le "routard du crime" surveillait de près l'évolution de l'enquête dès le début. Sans surprise, l'avocat de l'accusé, Me Pierre Gonzalez de Gaspard, assure l'inverse : "Cela n'apporte rien. Ce n'est pas parce qu'il s'exprime dans cette lettre qu'il est coupable". Déjà condamné pour 9 meurtres, Francis Heaulme a toujours nié avoir tué les deux enfants. Mais il a reconnu avoir été sur place le jour du drame et avoir aperçu les enfants vivants, puis morts.


 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter