Gerald Darmanin annonce des mesures pour mieux contrôler la détention d'armes

Le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin lors d'une cérémonie en hommage à trois gendarmes tués à Saint-Just le 28 décembre 2020.

COUP DE VIS - Le ministre de l'Intérieur a annoncé jeudi des mesures pour mieux contrôler la détention d'armes. Une régulation réclamée par les associations des droits des femmes qui pointent du doigt l'usage des armes à feux dans les féminicides.

Beauvau veut davantage de régulation concernant la détention d'armes. C'est ce qu'a affirmé le ministre de l'Intérieur, Gerald Darmanin, ce jeudi, lors d'un déplacement dans le Puy-de-Dôme en hommage aux trois gendarmes tués par un forcené en décembre dernier. "Je proposerai très prochainement d'interdire l'acquisition et la détention des armes de guerre transformées qui sont aujourd'hui en circulation", a déclaré le ministre lors d'un discours, transmis à l'AFP, prononcé à la gendarmerie d'Ambert à laquelle étaient rattachés les trois militaires tués le 22 décembre à Saint-Just par Frederik Limol. Les trois agents intervenaient pour violences conjugales lorsqu'ils ont été abattus par le forcené armé d’un fusil et d’une arme de poing.

Un "décret" sera pris "dans les prochains jours", a précisé l'entourage de l'ancien maire de Tourcoing. Gérald Darmanin a aussi évoqué un article présenté lundi en Conseil des ministres qui vise "à renforcer les interdictions d'armes". Le texte doit encore être discuté au Parlement.

Dans le détail, il propose "d'actualiser la liste des infractions" conduisant à l'inscription au fichier FINIADA qui recense les personnes n'ayant pas le droit d'acquérir ou détenir des armes. Il propose ainsi l'inscription de ceux ayant commis des infractions "relatives aux atteintes aux mineurs et à la famille", a détaillé l'entourage du ministre.

Sur les 39 féminicides recensés depuis le début de l'année, 13 ont été commis par arme à feu- Anne-Cécile Mailfert, présidente de la Fondation des femmes

L'article prévoit aussi d'inscrire au FINIADA "l'ensemble des décisions judiciaires : contrôle judiciaire, assignation à résidence avec surveillance électronique ou toute autre décision prononcée par l'autorité judiciaire", a précisé l'entourage. L'annonce du ministère de l'Intérieur intervient après plusieurs faits de violence récents. Ces dernières semaines, les féminicides ont mis en avant des auteurs qui détenaient des armes alors qu'ils n'auraient pas dû y avoir accès. La régulation des armes à feux répond à la demande des associations qui donnent de la voix sur ce sujet. 

Lire aussi

En mai dernier, Anne-Cécile Mailfert, présidente de la Fondation des femmes, estimait que la confiscation automatique des armes en cas de plainte pour violences intrafamiliales n'est pas suffisamment appliquée. "Sur les 39 féminicides recensés depuis le début de l'année, 13 ont été commis par arme à feu", souligne-t-elle sur BFMTV. La défenseuse des droits des femmes faisait référence à la mort de Chahinez Daoud, à Mérignac en Gironde. La victime a été assassinée en pleine rue, blessée par balle puis brûlée vive par son époux. Ce dernier avait été interpellé peu après les faits, avec un fusil de chasse sur lui.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Macron et Biden promettent de restaurer la "confiance", abîmée par la crise des sous-marins

EN DIRECT - Covid-19 : 59 décès en 24 heures, 1656 patients toujours en soins critiques

Covid-19 : à moins d'un mois de sa mise en place, le déremboursement des tests vire au casse-tête

Primaire des écologistes : retrouvez nos vérifications sur le débat décisif entre Sandrine Rousseau et Yannick Jadot

Quatre piétons fauchés par une automobiliste sur les Champs-Élysées, trois en urgence absolue

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.