Aéroports de Paris : les préavis de grève maintenus pour vendredi et samedi

L'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, en région parisienne.

MOUVEMENT SOCIAL - Le deuxième week-end de grand départs estivaux sera, tout comme le premier, marqué par une grève des salariés du groupe Aéroports de Paris, qui protestent contre une baisse de leurs salaires.

Comme le précédent, ce week-end de départs en vacances, sera marqué par une nouvelle grève des salariés du groupe Aéroports de Paris (ADP), qui protestent contre une baisse de leurs salaires. Frédéric Lecocq, délégué syndical de la CGT, Laurent Garssine, secrétaire général de l'Unsa et Véronique Pigueron, présidente de la CFE-CGC d'ADP ont indiqué ce lundi 5 juillet que les préavis de grève de ce vendredi et samedi étaient maintenus, faute "d'avancées" de la part de la direction. 

Des retards, mais pas de vols annulés

Au centre des tensions, la demande faite par l'ensemble des syndicats de retrait du plan d'adaptation des contrats de travail (PACT), contre laquelle s'est prononcé le CSE le 21 mai et qui prévoit la suppression de certaines primes. En cas de refus, les salariés s'exposent à un licenciement par le biais d'un plan de sauvegarde de l'emploi. 

Une mesure qui, selon le PDG du groupe, Augustin de Romanet, vise à "retrouver le modèle social extraordinaire d'ADP", alors que le secteur "a connu un sinistre comme jamais", suite à l'effondrement du trafic aérien induit par la crise sanitaire. La perte pour le groupe est estimée à 1,17 milliard d'euros en 2020. 

Lire aussi

Les préavis de grève de la CGT et de la CFE-CGC couvrent vendredi et samedi, tandis que celui de l'Unsa porte uniquement sur vendredi, mais ce syndicat "appelle aussi à faire grève samedi" dans le cadre des autres préavis, a relevé Laurent Garssine. Les salariés avaient déjà été appelés à faire grève en juin et la semaine dernière - dont le premier week-end de juillet des grands départs en vacances - pour refuser ces baisses de rémunération. 

Le week-end dernier, près de 400 personnes ont manifesté au terminal 2E de Roissy, bloquant l'accès des voyageurs aux postes de contrôle aux frontières. Les manifestants brandissaient de nombreuses pancartes, où figurait le portrait du PDG d'ADP,  grimé en glouton avec le slogan "Ne cherchez plus vos salaires, je les ai mangés" ou encore "De Romanet : 450.000 euros/an et moi viré". Ces blocages ont entrainé des retards de plusieurs heures, mais aucun vol n'a été annulé. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

EN DIRECT - Covid-19 : près de 32.000 cas ces dernières 24 heures

VIDÉO - Victime de violences conjugales, Camille Lellouche se livre dans "Sept à Huit"

"Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

VIDÉO - Sur les côtes anglaises, les habitants assistent consternés à l'arrivée de centaines de migrants

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.