Grève des routiers : "pas de risque de pénurie" de carburant en région parisienne, rassure la préfecture de police

Société
DirectLCI
MOUVEMENT SOCIAL - Alors que la grève des conducteurs de matières dangereuses, débutée vendredi en plein week-end de l'Ascension, se poursuit ce lundi, la préfecture de police a tenu à préciser qu'aucune pénurie de carburants n'était à prévoir en Île-de-France dans les prochains jours, malgré "quelques ruptures de disponibilités" "constatées dans certaines stations-service".

Alors qu’une pénurie de carburant était à craindre après la grève des conducteurs de matières dangereuses (carburant, gaz, produits chimiques...), débutée vendredi en plein week-end de l'Ascension pour réclamer une amélioration de leurs conditions de travail, la situation semble moins alarmiste selon un communiqué publié par la préfecture de police ce lundi 29 mai.


Le texte précise que "sur le terrain", le mouvement de grève "se traduit par la présence de manifestants à proximité de 3 des 9 dépôts pétroliers franciliens." Les grévistes, qui n’interdisent pas l’accès aux dépôts ni n’empêchent leur fonctionnement, "demandent aux conducteurs de camions citernes de rebrousser chemin."

Le réapprovisionnement assuré à 75%

Toujours selon la préfecture de police, "le réapprovisionnement des stations-service depuis les dépôts franciliens est assuré à hauteur de 75%." Pour éviter les entraves à la circulation et "garantir l’ordre public", les forces de l’ordre ont été déployées sur les zones concernées sur instructions du préfet de police.


"Quelques ruptures de disponibilités de carburant peuvent être ponctuellement constatées dans certaines stations-service mais leur réapprovisionnement est donc programmé", souligne le communiqué, qui ajoute : "A ce jour, il n’y a pas de pénurie ni de risque de pénurie de carburant sur la région Ile-de-France." En conclusion, la préfecture de police recommande aux automobilistes de "conserver leurs habitudes de consommation de carburant" et de ne pas développer de "surconsommation préventive."

Les chiffres de la CGT contestés par la FNTR

De son côté, la Fédération Nationale des Transports Routiers (FNTR) a tenu à préciser que les chiffres de mobilisation de la CGT concernant le blocage des dépôts de carburant étaient "largement exagérés". 


"La mobilisation constatée ce matin, et essentiellement concentrée sur quelques dépôts de la région Ile-de-France, est l’œuvre d’une trentaine de manifestants et n’occupe pas 90 % de grévistes comme prétendu par la CGT", souligne le communiqué de presse de la FNTR, qui confirme d’ailleurs les chiffres avancés par la préfecture de police concernant les "75% des chargements en carburant" assurés par les transporteurs.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter