Grève des VTC : l'accès à Roissy bloqué en partie, les véhicules rassemblés à Nation

SOCIÉTÉ

GROGNE - Après le mouvement des taxis de la fin du mois de janvier, les chauffeurs de VTC répliquent. Après des affrontements avec les taxis porte Maillot cette nuit, place au blocage partiel de l'accès à l'aéroport de Roissy, ce vendredi 5 février. Ils sont ensuite allés manifester place de la Nation.

Très échaudés par les mesures annoncées par le gouvernement pour calmer les taxis, les chauffeurs de VTC sont sur le devant de la scène pour faire entendre leur colère depuis ce jeudi 4 février. L'origine du mouvement ? L'annonce par Manuel Valls du renforcement des contrôles pour les "traquer" et ainsi débusquer les éventuels fraudeurs.

Un mouvement qui s'est concrétisé par le blocage, dès 5h30 vendredi, par une vingtaine de véhicules, de l'accès à l'aéroport Charles-de-Gaulle depuis Paris. Une opération qui a amené à la mise en place d'une déviation pour les automobilistes. Prudence oblige, on conseille tout de même à ces derniers de se rendre à l'aéroport en transports en commun. Peu après 10 h, 10 à 20 VTC étaient rassemblés place de la  Nation, dans l'est de la capitale, mais ne bloquaient pas la circulation. "On va passer a l'étape suivante, on va casser, on va brûler. Cent cinquante taxis ont mis les ministres à genoux. On a l'impression que l'Etat nous sacrifie comme des moutons pour faire vivre les taxis", s'est plaint Ali Souei, fondateur d'une entreprise LOTI (chauffeurs de transport collectif à la demande) qui compte trois véhicules.

Pour "sauver 10.000 emplois"

La nuit avait déjà été agitée, avec des affrontements avec les taxis, au niveau de la porte Maillot, vers 1h30. Jets de projectiles, heurts avec une cinquantaine de chauffeurs... De quoi générer l'intervention des forces de l'ordre pour séparer les deux parties. On rappelle que, lors du mouvement des taxis, ces derniers avaient, eux aussi, pris position une nuit entière à la sortie de la porte Maillot, afin de dénoncer une "distorsion de concurrence" entre leur régime et ceux des chauffeurs de VTC.

Dans la journée de jeudi, les VTC avaient occupé la place de la République jusqu'au début de la soirée, au moyen d'environ 200 véhicules. Mot d'ordre du mouvement : "Sauver 10.000 emplois". A la source de cette colère, les assurances données par le gouvernement aux taxis la semaine dernière après un mouvement de colère de la profession, en particulier des "contrôles incessants" pour traquer les chauffeurs qui effectueraient des courses de type VTC sans être titulaires des documents nécessaires

EN SAVOIR +
>> Les VTC appelés à manifester depuis mercredi

>> Valls annonce un renforcement des contrôles des VTC
 

Lire et commenter