Grèves : la CGT energie va-t-elle couper le courant dès jeudi ?

MOUVEMENT SOCIAL - La CGT Mines-Energie appelle à la grève à partir de ce jeudi et jusqu'au 28 juin. Elle a annoncé des coupures d'électricité ciblées dans les jours à venir et envisage même des actions sur les compteurs intelligents Linky.

Le secteur de l’énergie se joint à la grogne sociale. La FNME-CGT, première organisation syndicale dans l'énergie, a annoncé mercredi son intention de faire grève jusqu'à la fin juin "pour gagner un nouveau service de l'électricité et du gaz", avec des actions comprenant "des coupures ciblées", a-t-on appris auprès de son secrétaire général, Sébastien Menesplier. "« Dans la convergence des luttes il y a aussi la convergence des actions", a indiqué le syndicaliste sur LCI dans l'émission 24H Pujadas.


Des assemblées générales vont se tenir "aujourd'hui et demain" avec les salariés, lors desquelles seront mises "en débat des interventions sur l'outil de travail". 

Plusieurs actions devraient être prévues. D'abord, cibler les entreprises considérées comme en faute. Ces actions peuvent être "des coupures ciblées, en direction des entreprises où les employeurs licencient" ou "criminalisant l'action syndicale", ou encore "des actions de baisse de production de l'électricité et de gaz qui peuvent commencer dès ce soir", a-t-il dit.


"Des actions en direction des usagers pour ceux qui ont subi des coupures d'énergies" sont également envisagées, ainsi que "des basculements d'heures pleine en heures creuses", a-t-il ajouté.

La technique du compteur Linky

Autre cible privilégiée, les compteurs Linky, ces compteurs intelligents qui recueillent les informations des ménages, que les grévistes envisagent de pirater. Selon le Parisien,  pour s'en prendre à ce fameux compteur, les grévistes pourraient s’attaquer en fait aux concentrateurs, ces appareils électroniques recueillent les informations de consommation des ménages de 50 à 60 compteurs Linky. Ces concentrateurs fonctionnent en fait comme des téléphones, sont donc munis d’une carte SIM, qui permet de stocker et d'envoyer les données. 


Subtiliser ces cartes SIM, nécessaires à la collecte et au transfert des données, pourrait donc fortement handicaper les entreprises comme Enedis, et la vingtaine d’autres fournisseurs. Dans Le Parisien, l'entreprise Enedis a fait savoir qu'elle n'hésiterait pas à porter plainte. "Autant nous respectons pleinement le droit de grève, autant nous considérons que ce genre d’action s’apparente à de véritables actes de malveillance sur le réseau électrique", disent-ils au Parisien.

Des actions conjointes avec les cheminots ne sont pas non plus à exclure. La CGT a appelé jeudi à une journée de mobilisation interprofessionnelle, au deuxième jour du quatrième épisode de grève des cheminots contre la réforme de la SNCF.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Réforme de la SNCF : bras de fer entre le gouvernement et les syndicats

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter