Grippe aviaire : des centaines de milliers de canards sur le point d'être abattus

DirectLCI
COUP DUR - Plusieurs centaines de milliers de canards vont être abattus dans le Sud-Ouest du pays dès ce jeudi, pour tenter de venir à bout de la grippe aviaire qui touche le secteur avicole.

Coup dur pour la filière avicole : des centaines de milliers de canards élevés à l'air libre vont être abattus dans le Gers, les Landes et les Hautes Pyrénées à partir de jeudi dans l'espoir d'endiguer l'épidémie de grippe aviaire. La zone d'abattage comprend un million de palmipèdes "en parcours" prêt-à-gaver, c'est-à-dire âgés de trois à 13 semaines, exposés au passage des oiseaux sauvages qui transmettent le virus H5N8, a indiqué le ministère de l'Agriculture.


"Nous sommes face à une diffusion très large du virus qui est très agressif et très rapide", a indiqué un haut responsable du ministère, selon lequel "plus de 300.000 oiseaux" ont déjà été abattus dans le Sud-Ouest, mais jusqu'à présent uniquement dans des élevages infectés.

Une mesure radicale et douloureuse pour les éléveurs mais nécessaire pour endiguer la propagation du virus de la grippe aviaire a  souligné Christiane Lambert, vice-présidente de la FNSEA, invitée ce jeudi matin de LCI. "On sait très bien d'où vient le problème. Ce sont les oiseaux migrateurs qui survolent notre pays en ce moment qui propagent la maladie. Comme les mesures de protection vont moins vite que le virus qui est extrêmement violent, la décision d'agir et d'abattre a été prise pour sauver la filière et repartir à neuf". 

En vidéo

Abattage de canards : "Un mal nécessaire pour contenir la progression de la grippe aviaire" pour la FNSEA

Tous les élevages situés dans un rayon de 10 km autour d'un foyer de grippe aviaire seront concernés par les abattages qui dureront "jusqu'au 20 janvier", a précisé le ministère. L'opération touche 42 communes au total. Mais des exemptions sont prévues pour les poules, les gallinacées, les canetons élevés en intérieur, les canards actuellement au gavage pour le foie gras. Les élevages qui assurent l'intégralité du cycle de production de la naissance à la conserve et respectent les règles de biosécurité sont aussi épargnés. 


Le coût des opérations de transport, d'abattage et d'équarrissage sera pris en charge par l'Etat, a précisé le ministère. Quatre abattoirs ont été réquisitionnés. De même, les pertes liées à l'arrêt de la production pourront être indemnisées dans des conditions qui seront arrêtées "lorsque la situation sera stabilisée". Selon Bernard Lannes, président de la Confédération paysanne, deuxième syndicat agricole, les éleveurs qui vont être touchés par ces abattages ont besoin d'aide financière immédiate pour mener à bien les opérations de désinfection, vide sanitaire et de redémarrage.

En vidéo

JT 13H - Grippe aviaire: 6 000 canards abattus en Lot-et-Garonne

En vidéo

Grippe aviaire : dans le Gers, les éleveurs font grise mine

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter