Grossesse au travail : "Un moment difficile" pour 70% des jeunes femmes actives

Grossesse au travail : "Un moment difficile" pour 70% des jeunes femmes actives

DirectLCI
SONDAGE – Selon une étude menée par Odoxa, être enceinte au travail est loin d'être une sinécure. Mal informées et victimes de stéréotypes, les femmes actives sont encore nombreuses à appréhender cette période et à se demander comment la concilier avec leur environnement professionnel.

C'est un constat qui semble venir d'une autre époque : à l'heure où les deux tiers des femmes françaises mènent une vie active, il est encore souvent difficile de concilier grossesse et travail. Voilà en tout cas ce que révèle un sondage Fondation Premup/Odoxa pour Le Parisien et metronews, sur la maternité et l'environnement professionnel.

Selon cette étude, ce sont en effet près de 70% des jeunes femmes, âgées de 25 à 34 ans, qui déclarent avoir mal vécu le fait de travailler pendant leur grossesse. Plusieurs d'entre elles appréhendent d'ailleurs le moment de l'annoncer à leur responsable. C'est la raison pour laquelle deux femmes sur dix, toujours parmi les 25-34 ans, ont préféré garder le secret le plus longtemps possible.

Et une fois leur grossesse dévoilée, les employées concernées ont un accès très limité aux informations sur les risques liés à leur environnement professionnel. Parmi elles, 95% des femmes n'ont reçu aucun avertissement, aucun éclairage sur leur situation. Pourtant, des droits inscrits dans la loi et dans les conventions collectives des entreprises existent (voir encadré) afin de protéger au mieux les femmes enceintes.

Et les hommes, dans tout ça ? L'étude jette une lumière crue sur ces stéréotypes qui existent encore et toujours à propos des femmes et de la maternité, de la part de leurs collègues masculins. Ils estiment en effet systématiquement plus que les femmes que la grossesse a un impact négatif sur le travail. Près de 42% d'entre eux déclarent qu’"on ne sait jamais si elles reviendront après leur grossesse" et 36% qu’ "elles font en sorte d’être arrêtées le plus tôt possible". Une proportion importante d’hommes considère aussi, qu’enceintes, les femmes "ont moins la tête au travail" (40%) et qu’elles ont moins d’ambition (20%).

EN SAVOIR + >> Grossesse au travail : "Du jour au lendemain, le comportement de mon chef a complètement changé"

Etude réalisée sur un échantillon de 1 477 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Plus d'articles

Sur le même sujet