Guadeloupe : des plaintes déposées après "des actions de sabotage" au sein des hôpitaux

En Guadeloupe, le taux de vaccination est encore beaucoup plus bas qu'en métropole. Un retard que les autorités tentent de rattraper avec l'arrivée de renforts en personnel soignant, mais aussi en matériel médical.

MALVEILLANCE - Lors de leur point presse hebdomadaire sur la situation dans l'archipel, les autorités sanitaires locales ont dénoncé "des actions de sabotage" au sein des établissements de santé, provoquant de la désorganisation dans la prise en charge des patients.

Des personnes "font des actions de sabotage à l’intérieur des établissements", a déclaré mercredi 6 octobre, lors du point hebdomadaire sur la situation sanitaire, la directrice générale de l’Agence régionale de santé (ARS) de Guadeloupe, Valérie Denux.

Des personnes "ont déversé de l’huile de vidange dans les services des ressources humaines du CHU ces derniers jours, ils mettent de la colle dans les serrures, ils bloquent certains accès", a-t-elle détaillé, alertant sur les conséquences de ces actions, qui entraîneraient "des désorganisations, voire des pertes de chances pour les patients". "Je comprends qu’on puisse s’exprimer", a ajouté Valérie Denux, "mais là ce sont vraiment des actes répréhensibles" qui "peuvent vous mettre en danger"

Toute l'info sur

Le pass sanitaire, nouvel outil du quotidien

Le débat sur le pass sanitaire et l'obligation vaccinale est assez virulent dans l’archipel. La contestation sociale s'exprime jusque dans les établissements de santé et notamment au CHU de Pointe-à-Pitre, où le personnel reste très majoritairement non vacciné.

Des "agressions verbales et physiques"

Dans une motion datée de samedi, les médecins de la commission médicale d’établissement du CHU de Pointe-à-Pitre ont dénoncé des "agressions verbales et physiques" et appelé à cesser ces agissements, pour pouvoir "donner des soins dans la sérénité".

"La contestation de la loi sur l'obligation vaccinale dans les établissements de soins, destinée à protéger les patients qui viennent nous confier leur santé, ne saurait justifier les entraves à la circulation à l'intérieur de l'établissement et les actes de malveillance envers les soignants se rendant au chevet des malades", écrivent-ils.

Lire aussi

Selon le préfet, Alexandre Rochatte, des procédures "sont en cours, avec des dépôts de plainte qui ont été effectués par les établissements concernés".

Le taux de vaccination en Guadeloupe reste relativement faible avec moins de 44% des adultes primo-vaccinés, selon les autorités sanitaires. Dans le même temps, les indicateurs s'améliorent dans l’archipel, qui va entamer une première phase de déconfinement le 8 octobre.

Pour autant, la 4e vague de Covid-19 a été particulièrement meurtrière. Plus de 800 personnes sont décédées à l’hôpital depuis le début de l’épidémie en Guadeloupe, dont 525 depuis le début de la dernière vague, selon l’ARS. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Prix des carburants : une indemnité "classe moyenne" de 100 euros pour 38 millions de Français

EXCLUSIF - Affaire Maëlys : des invités du mariage où Nordahl Lelandais a enlevé la fillette témoignent

EN DIRECT - Covid-19 : encore plus de 6000 cas ce jeudi, le nombre de patients hospitalisés en légère baisse

"Indemnité inflation" : à qui va-t-elle s'adresser, quel montant et quand sera-t-elle versée ?

Amérique : les Vikings étaient bien là avant Christophe Colomb

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.