Guyane : les manifestants occupent le centre spatial de Kourou

CRISE - Après le refus du gouvernement de revoir à la hausse son aide financière pour la Guyane, plusieurs milliers de manifestants ont décidé de bloquer mardi le Centre Spatial Guyanais, d'où décollent les fusées européennes Ariane.

"Nous ne bougerons pas, aucune fusée ne pourra décoller sans que nous ayons une réponse à nos revendications", a tonné Youri Antoinette, un membre du collectif Pou La Gwiyann dékolé s’adressant directement à Didier Faivre, le directeur du Centre Spatial Guyanais (CSG). Ce mardi 4 avril, une marche a rassemblé des milliers de Guyanais autour du rond-point qui mène au site du Centre spatial guyanais, les manifestants ont notamment scandé : "Pas d'école, pas de décollage, pas de santé, pas de fusée !".

Objectif : 2,1 milliards d'euros de la part du gouvernement

Le collectif Pou La Gwiyann dékolé, après avoir listé chacune de ses revendications, avait revu ses exigences à la hausse : "Ça paraît gros un milliard, mais par rapport au retard que nous avons, ce n'est rien !", a estimé l’un des porte-parole du groupe. En plus du milliard annoncé ce week-end par le gouvernement, Joëlle Prévot-Madère, l'un des leaders du collectif, souhaite désormais 2,5 milliards d'euros pour selon lui "donner de l'oxygène" à la Guyane. Une demande jugée "irréaliste" par Bernard Cazeneuve.


Après deux semaines de mouvement social d'une ampleur inédite, les discussions restent tendues entre le gouvernement et les manifestants. Pour le moment, aucune nouvelle date n'a été fixée pour le lancement de la fusée Ariane 5 qui devait mettre un orbite le 20 mars dernier, deux satellites pour des opérateurs brésilien et coréen.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La crise en Guyane

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter