Handicapés : l'accessibilité aux lieux publics va devoir attendre

Handicapés : l'accessibilité aux lieux publics va devoir attendre

Société
DirectLCI
ACCESSIBILITE – Alors qu'une loi de 2005 devait obliger les lieux accueillant du public à faciliter l'accès des handicapés dès cette année, les retards accumulés ont contraint les parlementaires à repousser les échéances.

La fin des difficultés pour les handicapés, ce n'est pas pour demain. Le Parlement a définitivement ratifié mardi l'ordonnance prévoyant de nouveaux délais pour la mise en accessibilité des lieux publics. La loi handicap, adoptée en 2005 pour simplifier l'accès des handicapés aux commerces, aux bâtiments publics et aux transports en commune, ne devrait ainsi pas entrer en application avant trois ans, voire neuf ans dans certains cas.

A l'heure actuelle, en effet, seuls 40 % des établissements recevant du public sont accessibles aux handicapés, alors que la loi prévoyait une mise en conformité au 1er janvier dernier. L'ordonnance prévoit que les bâtiments qui ne sont pas encore aux normes ont jusqu'au mois d'octobre pour déposer, en mairie ou en préfecture, un "agenda d'accessibilité programmé", dans lequel ils s'engagent à faire les travaux nécessaires dans le délai imparti. Celui-ci est fixé à trois ans pour les bâtiments accueillant moins de 200 personnes et les transports à l'exception du ferroviaire, et à six, voire neuf ans, pour les lieux de plus grande capacité.

"Ordonnance de la honte"

Ségolène Neuville, secrétaire d'Etat aux personnes handicapées, se défend de tout abandon des objectifs de la loi de 2005 : "C'est par des rendez-vous transparents et réguliers que nous rendrons concrète l'accessibilité universelle", a-t-elle assuré. Une vision des choses qui n'est pas vraiment du goût des premiers concernés. Le "Collectif pour une France accessible", qui rassemble des associations de handicapés, de personnes âgées, d'usagers des transports, etc., avait appelé dimanche les parlementaires à ne pas ratifier cette "ordonnance de la honte", qui va "maintenir notre pays en queue de peloton des nations ayant ratifié la Convention internationale sur les droits des personnes handicapées".

A LIRE AUSSI
>>
Un handicapé coincé dans son appartement depuis quatre mois à cause d'un ascenseur en panne
>>
Aisne : un handicapé fauché par un train

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter