Harcèlement, appel à la haine et à la violence : Twitter annonce vouloir serrer la vis

Harcèlement, appel à la haine et à la violence : Twitter annonce vouloir serrer la vis

Société
DirectLCI
MODÉRATION - Le réseau social à l'oiseau bleu a récemment commencé à appliquer des règles plus strictes pour durcir la lutte contre les propos incitant à la haine ou à la violence. Désormais, les tweets contrevenants seront supprimés et les violations répétées au règlement entraîneront une suspension permanente de la plate-forme.

A la traine en matière de modération des commentaires par rapport aux autres plates-formes, Twitter enclenche la vitesse supérieure. Le réseau social à l'oiseau bleu, régulièrement critiqué pour son laxisme face aux contenus haineux ou violents, a en effet officialisé lundi 18 décembre l'application de nouvelles règles, plus strictes, censées y remédier. Dorénavant, les tweets contrevenants seront supprimés et les violations répétées au règlement entraîneront une suspension permanente de la plate-forme.


"Les appels explicites à la violence ou les incitations à des dommages physiques graves, qu'ils concernent la mort ou la maladie, à l'égard d'un individu ou d'un groupe de personnes, constituent une violation de nos politiques", explique ainsi Twitter dans son communiqué. Et de préciser : "Cela inclut la glorification de tout acte de violence de nature à encourager d'autres personnes à le reproduire ou toute violence ciblant des personnes en raison de leur appartenance à un groupe protégé."

En vidéo

Cyber harcelées : chroniques de l'impunité 2.0

Les visuels concernés au même titre

Loin de ne concerner que les commentaires, ces nouvelles règles s'appliquent également aux images qui englobent "les logos, les symboles ou visuels dont le but est de promouvoir l'hostilité et la malveillance envers autrui en fonction de sa race, sa religion, son handicap, son orientation sexuelle ou son origine ethnique." Pour assurer la modération de ces contenus, Twitter a par ailleurs précisé prévoir le développement "d'outils internes destinés à identifier les comptes piratés dans le but de compléter les signalements d'utilisateurs."

En toile de fond de ce durcissement des règles ? La pression des pouvoirs publics dont la Commission européenne qui, dans une étude publiée en juin dernier, pointait le retard de Twitter avec 38 % de retraits des contenus incriminés. Pour rappel, le réseau social a récemment suspendu la procédure habituelle de certification des comptes, après la polémique concernant Jason Kessler, un des organisateurs de la manifestation néonazie de Charlottesville. La société a également été récemment très critiquée pour avoir laissé en ligne plusieurs vidéos anti-musulmans retweetées par Donald Trump, l'incident ayant fait la une des journaux du monde entier.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter