Hausse des prix du tabac : le calendrier du paquet à 10 euros se précise

DirectLCI
CIGARETTES – Selon Les Echos, une première hausse d’un euro du paquet de tabac devrait être effective en 2018. Puis, les prix évolueront tous les six mois.

Jusqu’à présent, ce n’était plus ou moins que des bruits de couloir. Oui, le gouvernement avait annoncé sa volonté d’obtenir, à terme, un paquet de cigarettes à dix euros, mais était resté très silencieux sur le calendrier à adopter. Or, selon Les Échos lundi, ce calendrier se précise un peu plus désormais. Une annonce est même "imminente", indique un conseiller ministériel dans les colonnes du quotidien économique. Ainsi, le paquet de cigarettes augmentera bien d’un euro en 2018, pour atteindre en moyenne 8 euros. 


Sur la période 2019 – 2020, la hausse sera davantage progressive. Le gouvernement entend mettre en place quatre paliers, un par semestre, qui verra le prix d’un paquet augmenter de 50 centimes à chaque fois. Cette solution avait déjà été évoquée fin août, sorte de compromis entre le ministère de la Santé et le ministère de l’Économie et des Finances, et semble donc se confirmer. Sur trois ans, le prix du paquet de cigarettes augmentera de 40 %, une évolution plus rapide que celle initialement envisagée par Edouard Philippe qui, dans son discours de politique générale, avait annoncé qu’il était possible que cette hausse soit étalée sur l’ensemble du quinquennat.

La lutte complexe

Si Agnès Buzyn a présenté lundi le calendrier de sa stratégie nationale de santé, qui devrait faire l’objet d’un décret en décembre, elle entend agir plus rapidement contre le tabagisme. Et pour lutter contre la guerre des prix entre différents fabricants, la ministre souhaite relever le minimum de perception fiscale sur les produits issus du tabac. Un plan qui sera associé à une stratégie de lutte contre la contrebande et le trafic illicite de tabac annoncée également lundi matin par Gérald Darmanin sur BFM TV. 

En vidéo

Tabac : le paquet neutre échoue à faire baisser les ventes

Le gouvernement compte sur ces séries de mesures afin de faire chuter le tabagisme, première cause des décès évitables dans l’Hexagone. Pour l’instant, les hausses successives décidées depuis 2003 n’ont pas réellement permis d’obtenir des résultats très probants. Environ 28 % des Français fument quotidiennement, relève Les Echos, un chiffre élevé pour l’Europe. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter