Haute-Garonne : les nounous vont désormais devoir s'acquitter de la "taxe couche-culotte"

SOCIÉTÉ
BABY BLUES - Cette décision provoque la colère des nounous. Le 11 juillet dernier, les élus de la nouvelle communauté de communes Terres du Lauragais, en Haute-Garonne, ont voté la mise en application d'une "taxe couche-culotte".

Après la "taxe tampon", la "taxe couche-culotte". Le 11 juillet dernier, les élus de la nouvelle communauté de communes Terres du Lauragais, en Haute-Garonne, ont voté la mise en application de cette taxe. Destinée aux assistantes maternelles, elle doit financer l’enlèvement de leurs ordures ménagères, alourdies par un surplus de couches et de pots de yaourts. Son coût ? 92 euros par an. Le vote a provoqué la colère des nounous. Elles menacent déjà de répercuter cette redevance sur les frais demandés aux parents : 30 centimes d'euro par jour et par enfant. Elles comptent également saisir le tribunal administratif pour faire annuler cette décision.


En avril 2016, le sujet avait déjà été mis sur la table. Afin de se faire entendre, une centaine de nounous avaient alors monté un collectif et lancé une pétition. Cette dernière avait recueilli 15.000 signatures. De quoi dissuader les élus qui avaient voté quelques jours plus tard la suppression de cette taxe… Avant de faire marche arrière.

Un "acharnement" dénoncé

Interviewée par France Bleu, Eliette Pujol-Théron, membre du collectif d'assistantes maternelles, affirme aujourd’hui ne pas comprendre cet "acharnement". De plus, selon elle, cette taxe serait déjà payée par les parents à l'achat des couches. "Quand vous achetez votre couche ou votre pot de yaourt, il faut savoir qu'en magasin vous allez payer cette taxe, qui est de 30 centimes sur les couches", explique-t-elle à Franceinfo. Même s’il admet qu’il n’y a pas de "très bonne solution", le président de la communauté de communes Terres du Lauragais, Christian Portet, affirme que c'est l'application du principe d'égalité devant l'impôt.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter