Charlie Hebdo : Riss dessine la vie au journal, deux ans après l'attentat

DirectLCI
DÉJÀ DEUX ANS - S'il tourne toujours autour de l'autodérision, l'esprit Charlie a quelque peu changé depuis deux ans. Riss, le directeur de la rédaction, explique pourquoi.

Il y a deux ans jour pour jour, la rédaction de Charlie Hebdo était ndécimée par la tuerie des frères Kouachi. Aujourd'hui, qu’est devenu l’esprit Charlie ? Pour Riss, directeur de la publication du journal satirique, l’esprit Charlie c’est désormais un journaliste enfermé dans un coffre-fort. "Parce que maintenant, c’est dur d’y entrer". (...) "Faut rire quand même. Faut rire jusqu’au bout", plaisante-t-il en esquissant un cadavre soufflant dans un sifflet sans-gêne. 

En vidéo

Charlie Hebdo : Riss dessine "l'esprit Charlie", deux ans après l'attentat

Et que dire à ces jeunes qui rêvent de partir faire le djihad en Irak ou en Syrie ? "Lisez plutôt 'Charlie Hebdo', c’est plus rigolo et moins dangereux", déclare-t-il en dessinant un jeune hilare devant l’hebdomadaire. 

En vidéo

Charlie Hebdo : Riss dessine pour les jeunes

L’humour de Charlie n’est pas mort. Deux ans après la tuerie perpétrée par les frères Kouachi au n° 10 de la rue Nicolas-Appert à Paris dans le XIe arrondissement, les journalistes et dessinateurs rient toujours. Et la Ville de Paris se souvient. 

Des hommages jeudi

Les hommages à Charlie Hebdo ont été rendus jeudi dernier à Paris. Anne Hidalgo s'est rendue à 11h devant les anciens locaux du journal, avant d'aller boulevard Richard Lenoir (dans le XIe arrondissement) et Porte de Vincennes pour honorer respectivement Ahmed Merabet et les victimes de l'Hyper Cacher.

Pourquoi le 5 janvier alors que les attentats ont eu lieux les 7, 8, et 9 janvier 2015 ? "Parce que nous voulions organiser les commémorations le même jour, mais samedi c’est Chabbat et lundi, les journalistes de Charlie Hebdo bouclent leur prochain numéro", nous a répondu l'attachée-presse en charge de l’évènement. "Puis en fonction des agendas des officiels", a ajouté la Mairie de Paris. 


Aucun hommage n’a cependant été rendu à Clarissa Jean-Philippe, la policière abattue par Amedy Coulibaly le 8 janvier 2015 à Montrouge. En janvier 2016, sa mère affirmait que Clarissa était la "victime oubliée". "Elle est morte seule, entre deux gros attentats, alors on en parle moins".

En vidéo

Pelloux : "La commémoration ne doit pas être un acte technocratique"

En vidéo

Depuis Charlie Hebdo, 238 personnes sont mortes dans des attentats en France

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter