"Il m'a décollée du sol" : violemment agressée en pleine rue à Paris, une femme transgenre témoigne

"Il m'a décollée du sol" : violemment agressée en pleine rue à Paris, une femme transgenre témoigne
SOCIÉTÉ
DirectLCI
TÉMOIGNAGE - Mercredi 5 avril, une femme transgenre de 59 ans a été violemment agressée à Paris, en pleine rue, après avoir été la cible d'insultes à caractère transphobes. Emilie a accepté de témoigner auprès de LCI : "Il ne faut pas accepter de telles violences en raison de la différence de quelqu'un", explique-t-elle.

Emilie n'est pas du genre à se confier ou à raconter sa vie. Mais cette fois-ci, c'est allé trop loin. Cette femme transgenre de 59 ans, responsable Île-de-France de l’Association nationale transgenre, a été violemment agressée en pleine rue, à Paris, il y a une dizaine de jours. Pour LCI, Emilie a accepté de revenir sur son agression, mais aussi sur la transphobie en France.


Les faits se sont déroulés le 4 avril dernier. Emilie assurait alors une permanence téléphonique au centre LGBT de Paris (IIIe arrondissement). Elle décide alors d'aller prendre un café dans le bar qui se trouve juste de l'autre côté de la rue. "Je traversais la rue Beaubourg quand une moto a failli me renverser sur le passage clouté", raconte-t-elle, la voix encore emplie de colère. Emilie assène alors un "connard" à l'homme en deux-roues. Celui-ci se gare, avance vers elle et la bouscule.

Quand il s'est rendu compte que j'étais une femme transgenre, c'est là que les injures ont fuséEmilie

"Quand il s'est rendu compte que j'étais une femme transgenre, c'est là que les injures ont fusé : 'Enculé de travlo', 'sale pédale' et autres noms d'oiseaux tout aussi charmants", lâche Emilie d'un ton ironique. Emilie lui lance alors qu'elle est une femme, et se retourne pour rentrer dans le bar. C'est alors que l'homme lui assène un très violent coup de poing. "Il m’a décollée du sol et m’a envoyé valdinguer contre la vitrine du bar, se remémore-t-elle. Et le pire, c'est qu'il voulait continuer de me donner des coups de pied". C'est un client de la brasserie qui l'a finalement fait fuir.


Le motard, qui a gardé son casque intégral durant l'agression, n'a pas pu être identifié. Plusieurs clients, ainsi qu'Emilie, ont cependant relevé sa plaque d'immatriculation. "Je ne lui faisais pas face quand il m’a frappé. C'est particulièrement lâche de ne même pas regarder sa victime quand on l’agresse", souffle la femme de 59 ans.

"Monsieur" à la place de "madame"

La victime est rapidement allée porter plainte auprès du commissariat du IIIe arrondissement pour "agression en raison de l'orientation sexuelle ou de l'identité de genre". Emilie devait se faire opérer ce mercredi après avoir eu le nez fracturé. Elle a également des hématomes à l'arcade sourcilière, et doit porter une minerve en raison de douleurs aux cervicales. En tout, elle s'est vue prescrire 12 jours d'incapacité temporaire de travail (ITT).


C'est la deuxième fois qu'Emilie est victime d'une agression physique en raison de son identité. Mais les agressions verbales sont, elles, beaucoup plus fréquentes. "Le fait de ne pas avoir son changement d’état civil pose de gros problèmes. Et face à des personnes transphobes ça dérive très vite. Par exemple, il est courant qu'on me dise 'monsieur' à la place de 'madame'". 


Aujourd'hui, Emilie a décidé de parler, même si elle est de nature plutôt discrète. "Je me passerais volontiers de raconter cette histoire, mais aujourd'hui, vous vous adressez à la militante", nous explique-t-elle. On ne peut pas accepter de tels comportements, de telles violences en raison de la différence de quelqu’un, de son identité, de sa couleur de peau ou même de son orientation politique. Et surtout pas en France".

En vidéo

Homophobie et transphobie : "la violence vient souvent du cercle familial"

L'humour plutôt que la haine

Depuis son agression, Emilie a reçu de nombreux soutiens de la part de la communauté LGBT, mais aussi d'élus de la République. Dans un tweet, la maire de Paris Anne Hidalgo a condamné avec "fermeté cette agression" et a apporté son "soutien à la victime et au Centre LGBT Paris", avant d'appeler à rester "unis contre la haine de l'autre". "Ça me conforte dans mon action de militante, même si on sait qu’il y a encore beaucoup de travail à faire, a réagi Emilie. Le fait que les élus, s’émeuvent et réagissent, c’est une très bonne chose. Cela prouve que les choses bougent dans le bon sens".


Si Emilie reste sous le choc de son agression, elle n'en a pas pour autant perdu son sens de l'humour : "Si on retrouve l’agresseur, il faudra que je m’excuse auprès de lui. Je l’ai traité de ‘connard’, mais je me suis trompé. C’est un ‘gros connard".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter