Ile-de-France : le Secours catholique alerte sur l’aggravation de la pauvreté

SOCIÉTÉ
DirectLCI
SOCIAL - Le dernier rapport du Secours catholique sonne comme un cri d'alarme : la proportion des ménages pauvres a augmenté deux fois plus vite en Île-de-France qu'en France métropolitaine ces dernières années. Selon l'association, plus de 7% des habitants franciliens vivent aujourd'hui avec moins de 750 euros par mois.

La fracture territoriale s'aggrave en Ile-de-France, avec des zones qui s'enfoncent dans la pauvreté. C'est le triste constat dressé ce lundi par le Secours catholique, qui demande un "changement radical dans la politique d'aménagement".

Dans cette région qui regroupe huit départements, du plus riche, les Hauts-de-Seine, au plus pauvre, la Seine-Saint-Denis, 15% (1,8 million) des 12 millions d'habitants disposent de moins de 990 euros par mois par unité de consommation, et la moitié d'entre eux de moins de 750 euros, selon un rapport de l'association. De 2004 à 2012, la proportion des ménages pauvres y a augmenté deux fois plus vite qu'en France métropolitaine (+5 points contre +2,6). Et dans tous les départements à l'exception de Paris et les Hauts-de-Seine, "les revenus fiscaux des 10% des ménages les plus modestes ont moins progressé au cours des dix dernières années que le revenu médian".

Une précarité qui touche aussi les enfants franciliens

"Il y a plus de personnes pauvres" et leur niveau de pauvreté "s'aggrave", s'inquiète Hervé Du Souich, président du Secours Catholique Ile-de-France. "On veut lancer un cri d'alarme: jusqu'où va-t-on continuer dans ce sens-là?" Cette précarité touche aussi les enfants franciliens, dont le taux de pauvreté a grimpé de 22% en 2009 à 24,3% en 2013, une hausse encore plus marquée en Seine-Saint-Denis, avec des conséquences directes sur la santé (malnutrition, obésité) et l'échec scolaire.Les zones les plus pauvres, comme la Seine-Saint-Denis ou le nord-est parisien, sont aussi celles qui concentrent le plus de centres d'hébergement d'urgence, ajoutant de la pauvreté à la pauvreté.

La crise des logements sociaux

Et "les logements sociaux actuellement construits ne sont pas adaptés au profil des demandeurs", souligne le Secours catholique, déplorant le manque de logements dits "très sociaux" accessibles aux revenus les plus modestes. L'organisation, qui souhaite rencontrer la présidente de l'Ile-de-France Valérie Pécresse (Les Républicains), demande un "changement radical dans la politique d'aménagement", avec "un plan de construction de logements réellement accessibles aux personnes les plus pauvres", visant particulièrement les communes les plus favorisées "afin de rééquilibrer les territoires".

A LIRE AUSSI >> Paris : des logements sociaux… où l'on refuse d'habiter

En mars, la région avait supprimé les aides aux logements "très sociaux" dans les communes qui en ont déjà beaucoup, pour "lutter contre les ghettos", une mesure rejetée par la gauche. Sur 1300 communes franciliennes, 90 concentrent 66% du parc social, avait souligné l'exécutif régional, estimant "urgent de ne pas empiler de la pauvreté sur la pauvreté". "La question c'est où on met ces logements sociaux et comment on fait pour combattre l'égoïsme de certains lieux qui refusent toute forme de solidarité", s'interroge le responsable du Secours catholique, évoquant le projet de centre d'hébergement d'urgence dans le cossu 16e arrondissement qui soulève l'opposition du maire (LR) Claude Goasguen et de nombreux habitants.

EN SAVOIR + 
>> 
Logement : comment payer moins
>> 
APL : comment obtenir votre aide au logment

Sur le même sujet

Lire et commenter