Ils faisaient passer les clandestins pour des stars de télé-réalité

Ils faisaient passer les clandestins pour des stars de télé-réalité

DirectLCI
TRAFIC - Selon des informations du Parisien, publiées ce samedi 6 janvier, un réseau de trafiquants a été démantelé fin décembre à Paris. Les passeurs faisaient passer les migrants originaires des Philippines pour des gens du monde artistique.

Des trafiquants d’êtres humains faisaient passer des clandestins philippins pour des stars de téléréalité ou des mannequins afin de les faire illégalement en France, raconte Le Parisien, dans son édition du 6 décembre. Deux suspects ont été mis en examen fin décembre à Paris pour aide à l’entrée et la circulation d’étrangers et association de malfaiteurs. Leur subterfuge se révélait surprenant. 


Cette affaire démarre courant juin 2017 quand l’Office central pour la répression de l’immigration irrégulière et de l’emploi d’étrangers sans titre (OCRIEST) reçoit des informations à propos d’un Philippin gérant un réseau d’immigration clandestine. Selon Le Parisien, les migrants souhaitant venir en France devaient verser 10.000 euros à l’organisation pour obtenir des visas ainsi que des emplois dans l’entretien ou la garde d’enfants pour des familles parisiennes ou cannoises.

Des visas pour de fausses raisons

Selon Le Parisien, les trafiquants réalisaient des demandes de visas auprès d’une association culturelle philippine, organisatrice d’évènements artistiques. Ainsi, ils faisaient des demandes de visas touristiques pour l’Europe via les ambassades de France et de Malte à Manille, selon nos confrères.

Voyager en toute discrétion avec des artistes

Pour que ces clandestins puissent passer tranquillement sans éveiller les soupçons, les trafiquants les faisaient venir des Philippines avec des artistes. À leur arrivée à Paris, les clandestins étaient réceptionnés par le principal suspect ainsi que des complices. Répartis dans différentes voitures, ils étaient ensuite amenés chez leurs futurs employeurs.


C’est grâce à des écoutes téléphoniques que la police a compris que Jefferson P. gérait l’intégralité du trafic avec la complicité d’une employée d’une société manillaise chargée de contrôler la validité des dossiers de demande de visa pour le compte des ambassades de France et Malte. 


Pour le moment, sept personnes arrivées par ce trafic ont été retrouvée par les forces de l’ordre. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter