Ils n'utilisent pas leur billet aller, Air France annule leur retour

SOCIÉTÉ

JUSTICE - Deux passagers poursuivaient Air France ce jeudi devant le tribunal de Toulouse pour avoir annulé leurs billets retour car ils ne s'étaient pas présentés à l'aller. Ils réclament le remboursement de leurs billets et 8000 euros d'indemnités au titre du préjudice moral.

Le 10 mai 2015, Me Stella Bisseuil, avocate de profession, et son ami se présentent au guichet Air France de l'aéroport de Charles de Gaulle à Paris pour embarquer à destination de Toulouse. Pour ce faire, ils disposent du billet retour d'un package aller-retour. Evoquant des raisons familiales, ils expliquent alors à un agent de la compagnie qu'ils n'ont pas utilisé le ticket de l'aller, prévu la veille -ils sont en fait arrivés à Paris quelques jours auparavant avec une autre compagnie. Selon Stella Bisseul, ils apprennent à cet instant que leurs tickets ont été annulés et qu'ils doivent en réserver deux nouveaux pour retourner dans la Ville rose. Dans la précipitation, ils vont donc débourser 239,75 euros chacun.

De retour à Toulouse, les deux passagers malheureux vont formuler une réclamation auprès d'Air France pour faire la lumière sur ce qu'il s'est passé. Interrogée par LCI, la compagnie reconnaît une "erreur".  "Au lieu de se voir appliquer un réajustement tarifaire, ils ont dû acquérir de nouveaux billets", explique Me Fabrice Pradon, l'avocat de la société. Au final, les deux clients ont donc payé 100 euros de trop chacun. Après plusieurs échanges, Air France leur a proposé une indemnisation de 1300 euros, soit trois fois le prix des billets d'origine.

La compagnie accusée de "pratique abusive"

Mais les deux plaignants persistent et décident de porter l'affaire devant le tribunal de Toulouse. Selon eux, en annulant le retour, Air France a fait preuve de "pratique abusive".  "Mes clients reprochent à la compagnie de ne pas avoir respecté les conditions générales de vente et d'avoir annulé leurs billets retour", détaille à LCI Me Bérengère Froger, leur avocate. Sur ce point précis, le service de communication d'Air France est formel : "Aucun vol n'est automatiquement annulé. En revanche, un recalcul tarifaire est nécessaire".  Air France rappelle que les règles appliquées sont celles proposées par l'Association internationale du transport aérien (Iata). L'organisation, qui regroupe les principales compagnies aériennes mondiales, précise que les "coupons" d'un voyage ne peuvent pas être utilisés indépendamment les uns des autres. 

Lors du procès, qui s'est tenu ce jeudi 3 novembre au tribunal d'instance de Toulouse, les plaignants ont donc réclamé le remboursement de leurs billets et 8000 euros d'indemnités au titre du préjudice moral.  "Quand on a un préjudice de 480 euros et qu’on vous propose 1300 euros, j’estime que c’est suffisant, lance Me. Pradon. "C’est regrettable qu’ils continuent la procédure judiciaire", ajoute-t-il. Lors de l'audience, il a notamment demandé le transfert du dossier vers un autre tribunal. "Un avocat toulousain ne peut pas saisir le juge toulousain, il doit saisir une juridiction limitrophe, affirme-t-il à LCI. Les demandeurs ont évoqué la ville de Bordeaux, de notre côté, on a proposé celle de Foix".  Le tribunal doit rendre son jugement le 13 décembre prochain.

Nouveau tarif depuis le 1er octobre

A noter que depuis le 1er octobre, pour "faciliter la vie de ses agents et de ses clients", Air France a décidé d'appliquer "un tarif fixe de 125 euros pour les passagers qui n'utilisent pas leurs coupons dans l'ordre pour les vols domestiques", nous explique-t-on à la compagnie. 

Si le résultat est concluant, la mesure pourrait s'étendre aux moyen-courriers, puis aux long-courriers.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter