Immigration : moins d'expulsions et plus de régularisations en 2013

Immigration : moins d'expulsions et plus de régularisations en 2013

DirectLCI
BILAN - Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a livré vendredi ses premiers résultats en matière d'immigration depuis sa prise de fonction. D'où il ressort que le nombre de personnes éloignées a baissé, tandis que celui des régularisations a augmenté.

Depuis son entrée en fonction, Manuel Valls l'avait annoncé : il n'afficherait d'objectifs chiffrés en matière d'immigration. Mais cela n'empêche pas de dresser des bilans. Vingt mois après son arrivée place Beauvau, le ministre de l'Intérieur a ainsi livré vendredi matin ses premiers résultats concernant l'immigration.

Sur l'année 2013, 27.000 sans-papier ont été éloignés, soit 9000 de moins qu'en 2012. Côté régularisations, en revanche, le bilan est en hausse :  46.000 personnes ont été autorisées à rester en France, soit 10.000 de plus que l'année précédente.

Chute des aides au retour

Un bilan qui, à première vue, contraste avec la fermeté affichée par Manuel Valls, lui qui s'est toujours fait fort de combattre "aussi bien" l'immigration clandestine que la droite. Conscient que cette dernière allait sauter sur son bilan pour lui intenter le traditionnel procès en laxisme fait à la gauche, le ministre a donc anticipé.

Sur la diminution du nombre d'expulsions, l'ancien maire d'Evry s'est justifié en précisant qu'elle était due à la chute des aides au retour (6228 retours aidés et départs volontaires en 2013 contre 15.981 en 2012). En clair, s'il a moins expulsé de clandestins, argue-t-il, c'est qu'il leur a donné moins d'argent pour partir que ses prédécesseurs. En revanche, le nombre de retours forcés a lui augmenté de 2% (15.489 pour 2013 contre 15.183 en 2012. Quant à la hausse des régularisations, il a invoqué la "conjoncture".

Et pour enfoncer le clou, le ministre a relativisé l'importance des chiffres. "Trop de contre-vérités ont été dites", a-t-il fustigé, dénonçant "la politique du chiffre et ses effets factices". D'ailleurs, a-t-il assuré, les chiffres de la précédente mandature ont tout simplement été gonflés " de 50 pour cent"  pour afficher  "une fermeté de papier" face à l'immigration irrégulière. La meilleur défense, c'est l'attaque...

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter