"Inacceptable" : la colère du général Lecointre envers les militaires signataires de la tribune

 "Inacceptable" : la colère du général Lecointre envers les militaires signataires de la tribune

DISCIPLINE - Les militaires signataires de la tribune controversée, dénonçant le "délitement" de la France et appelant à "soutenir les politiques" qui œuvreront contre, vont être sanctionnés, a annoncé, particulièrement remonté, le général Lecointre, chef d'état-major des Armées.

Les militaires signataires d'une tribune controversée, dénonçant le "délitement" de la France et appelant à "soutenir les politiques" œuvrant contre, encourent la radiation ou des sanctions disciplinaires, a annoncé ce mercredi soir le général François Lecointre. La vingtaine de généraux en "deuxième section" signataires - proches de la retraite, mais qui peuvent toujours être rappelés - risquent "la radiation, donc la mise à la retraite d'office", a-t-il déclaré au Parisien.

"Ces officiers généraux vont passer chacun devant un conseil supérieur militaire. Au terme de cette procédure, c’est le président de la République qui signe un décret de radiation", précise-t-il au quotidien ce mercredi en évoquant de possibles "radiations" ou "mises à la retraite d'office". "Je souhaite que leur mise à la retraite d'office soit décidée", a-t-il relevé en évoquant "une procédure exceptionnelle", lancée à la demande de la ministre des Armées.

Beaucoup de retraités parmi les signataires

Les 18 soldats d'active identifiés - dont quatre officiers - parmi les centaines de signataires recevront pour leur part "des sanctions disciplinaires militaires", a précisé le général François Lecointre, en évoquant des sanctions "plus fortes pour les plus gradés". "Je considère que plus les responsabilités sont élevées, plus l’obligation de neutralité et d’exemplarité est forte", a-t-il martelé.

Lire aussi

Florence Parly a demandé lundi des sanctions à l'encontre des signataires, jugeant leurs "actions inacceptables" et "irresponsables". Parmi les signataires figurent d'anciens gradés qui ont déjà, par le passé, rompu intentionnellement avec le devoir de réserve. À l'instar de Christian Piquemal et d'Antoine Martinez, on retrouve dans la liste André Coustou, Daniel Grosmaire et Roland Dubois, des militaires qui avaient cosigné un appel à Emmanuel Macron contre la signature du "pacte de Marrakech", un accord international non contraignant adopté en décembre 2018 qui avait fortement mobilisé les partis anti-immigration.

"Je vais lui envoyer une lettre pour lui dire qu’il est indigne, salit l’armée, la fragilise en en faisant un objet de polémique nationale", a indiqué le général Lecointre. "Je leur conteste à tous (...) le droit de prendre des engagements politiciens en mettant en avant leur grade", a-t-il ajouté. Il a réfuté toutefois toute radicalisation d'extrême droite au sein des armées. "L’armée est républicaine, elle n’est pas politisée (...) Elle est à l’image de la société française", a-t-il assuré, en dénonçant "une tentative de manipulation inacceptable" de l'institution militaire par les généraux signataires. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

PHOTO - Emmanuel Macron préside un conseil des ministres depuis son avion, un fait inédit

EN DIRECT - Covid-19 : le masque en extérieur fait son retour dans les villes de Haute-Loire

Quarantaine pour les Français vaccinés en Angleterre : Beaune juge la mesure "discriminatoire"

Le tableau des médailles des JO de Tokyo : la France 8e, après une belle journée en argent

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.