Indre-et-Loire : vu du ciel, un agriculteur écrit "help" dans son champ pour interpeller les politiques

Indre-et-Loire : vu du ciel, un agriculteur écrit "help" dans son champ pour interpeller les politiques

A L’AIDE – Un céréalier "au bout du rouleau" après des années de mauvaises récoltes a dessiné un appel à l’aide dans son champ d’Athée-sur-Cher en semant du blé. Par son geste, il espère faire réagir les politiques "sourds" à sa "colère" mais peut-être pas "aveugles".

Jacques Fortin, un agriculteur qui vit à Athée-sur-Cher, près de Tours a sa méthode pour passer un message au gouvernement. L’homme de 63 ans a dessiné le mot "Help", "à l’aide" en français, dans son champ de cinq hectares. Quelques lettres qui mesurent 100 mètres de long sur 48 mètres de large, parfaitement visible vu du ciel. Les passagers prévoyant d’atterrir à l’aéroport Orly dans ces prochains jours auront ainsi de très grandes chances de les apercevoir. 

L'emplacement ne doit rien au hasard. "Quand ils passent au-dessus, les avions de ligne commencent à descendre à Orly", explique l’agriculteur qui produit du blé mais aussi du maïs, du tournesol, du trèfle, du lin et du sorgho, à l'AFP. Ainsi, "les passagers voient mon SOS"». 

J'espère qu'ils ne sont pas aveugles et liront ce message de désespoir"- Jacques Fortin

Mais ce n’est pas pour exprimer son talent d’artiste que le céréalier a décidé d’écrire ce mot. Il s’agit en fait d'"un SOS collectif, adressé au nom de tous les agriculteurs", a t-il indiqué. "On a eu une succession de mauvaises années climatiques depuis quatre ans. Les agriculteurs sont au bout du rouleau. Ils en ont ras-le-bol". 

Lire aussi

"Je suis dans un monde où j'ai des responsabilités de chef d'entreprise et où je vis en-dessous du seuil de pauvreté. Ce n'est pas normal de vivre avec 350 euros par mois quand on travaille tous les jours et bien plus de 35 heures par semaine. Certains craquent. D'autres se suicident", détaille encore le céréalier. 

Dessiner son appel à l’aide est donc le seul moyen qu’il ait trouvé pour interpeller les politiques "sourds à notre colère". Avant de conclure : "J'espère qu'ils ne sont pas aveugles et liront ce message de désespoir".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

VIDÉO – Un an de pluie en quelques heures : les images des dégâts des inondations monstres en Sicile

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - 13-Novembre : "Nous sommes des rescapés du Bataclan et des oubliés de l'administration", témoigne un policier

"C’est ridicule" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

Plus de 5000 cas de Covid-19 par jour : peut-on déjà parler de "cinquième vague" de l'épidémie ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.