Inondations sur la Côte d'Azur : ces grands chantiers qui inquiètent les habitants

SOCIÉTÉ
INTEMPERIES - Les Alpes-Maritimes se relèvent doucement des fortes précipitations qui ont touché le département. Si beaucoup fustigent le bétonnage à outrance, l'arrivée de nouvelles infrastructures ne va pas rassurer les Azuréens.

La pluie diluvienne, dévastatrice, a laissé place à la colère et aux interrogations. Les fortes intempéries du week-end dernier ont fait pour l'heure 21 morts et 2 disparues. Si les nuages se sont dissipés dès le lendemain, c'est désormais l'inquiétude qui plane au-dessus de la tête des Azuréens. La politique d'urbanisation et le bétonnage sont sur toutes les bouches. "Il y a un trop plein de béton. Avec le réchauffement climatique, une inondation de cette ampleur devait finir par arriver" explique Valérie, résidant à Cagnes-sur-Mer, à quelques kilomètres du Polygone Riviera.

"Nous sommes le pot de terre contre le pot de fer"

Ce grand centre commercial de 30.000 m2, installé sur ce qui était autrefois un vaste champ, a vu son parking souterrain inondé jusqu'à 1,50m d'eau. Un incident malvenu à une quinzaine de jours de son inauguration. Françoise Revest, vice-présidente de l'association ADEFHA-L'Autre Côté du Polygone Riviera, explique que le sénateur-maire de la ville, Louis Nègre, a été alerté à plusieurs reprises du risque d'inondabilité de la zone. "On a prévenu les responsables locaux dès le début des travaux. C'est une zone classée rouge, pourtant lors de la dernière réunion sur la prévention des inondations, on a appris soudainement que la zone est devenue 'rouge modéré'. C'est un vrai risque pour les habitants mais nous n'avons aucun poids dans cette histoire. Nous sommes le pot de terre contre le pot de fer."

Michel Badie-Cassagnet, directeur immobilier de Socri (société conceptrice du projet) a précisé à nos confrères de Nice-Matin , qu'il allait "faire des propositions à la métropole et voir comment on peut faire afin de régler le problème. Il faut que l'eau soit automatiquement canalisée et reste sur l'avenue des Alpes". Indiquant par la suite qu'il n'y avait pas eu d'autres dégâts du côté des bâtiments.

Plus de 200.000 m2 d'infrastructures à venir

Mais Cagnes-sur-Mer n'est pas l'unique cas préoccupant. D'ici 2020, les Alpes Maritimes compteront plus de 200.000 m2 d'infrastructures commerciales en plus (hors travaux sur la voirie attenante). Du côté de Nice, le stade de l'Allianz Riviera verra arriver à ses côtés le centre commercial Nice One (22.700 m2) fin 2015 et le magasin d'ameublement Ikea (30.000 m2) en 2018. Des extensions de grandes surfaces niçoises viendront ajouter plus de 20.000 m2 à l'addition. L'agrandissement du centre commercial Cap 3000 à Saint-Laurent-du-Var (50.000 m2 en plus d'ici 2018) entre aussi en ligne de compte.

Même constat pour l'ouest des Alpes-Maritimes, plus durement touché par les inondations, qui cumuleront près de 57.500 m2 dans les années à venir (multiplex Bastide-Rouge à Cannes, village des marques à Pégomas, le parc d'activité Sophipolis à Vallauris entre autres…). Du côté de la municipalité de Cannes, la polémique sur le bétonnage peut attendre. "On ne refuse pas le débat mais pour le moment, on s'occupe des Cannois dans le besoin. Il y a encore beaucoup de problèmes à gérer. Nous serons peut-être amenés à revoir notre PLU (Plan Local Urbanisme) en fonction de ces intempéries, dont l'ampleur relève du cas exceptionnel mais pour le moment, ce n'est pas à l'ordre du jour", nous explique-t-on.

LIRE AUSSI
>> 90% du parc aquatique Marineland touchés par les inondations

>>  Côte d'Azur : 32 villes déclarées en état de catastrophe naturelle
>> Intempéries : comment se reconstruire quand on a tout perdu

Lire et commenter