Insectes, métal, bactéries... Lactalis visé par de nouvelles accusations de dissimulations

Insectes, métal, bactéries... Lactalis visé par de nouvelles accusations de dissimulations

Société
MENSONGES - Alors que l’entreprise Lactalis n’avait reconnu la présence que d’une seule salmonelle lorsque l’affaire avait éclaté, il y en aurait eu plusieurs autres, dévoile "Le Parisien". Elles auraient été retrouvées dans le lait et sur le sol.

C’est une information qui pourrait mettre en cause une nouvelle fois la crédibilité de Lactalis. En 2017, lorsque l’affaire Lactalis éclate, on accuse le géant laitier d’avoir commercialisé plus de 8 000 tonnes de lait contaminé aux salmonelles. La salmonelle en question, c’était la salmonella "agona". Sauf qu’aujourd’hui, selon le Parisien qui s’est procuré des documents internes à l’entreprise, il n’y avait pas qu’une salmonelle de concernée mais bien plusieurs.

En vidéo

Lactalis : une nouvelle affaire de lait contaminé

Lactalis aurait en effet réalisé des tests entre l’année 2008 et 2016, et aurait décelé plus de quinze bactéries différentes. Selon le rapport que le quotidien s’est procuré, elles auraient même été affublées de noms plutôt originaux, tels que "Napoli", "Derby", "Mbandaka", "Kedougou" ou encore "Montevideo".


Cité par le Parisien, le vice-président de la Société française de pédiatrie explique que le lait "ne doit pas contenir de salmonelles" parce qu’elles se révèlent être "dangereuses pour la santé". Si le ministère de l’Agriculture indique que les produits n’ont pas été commercialisés, l'information fait bondir l'association des victimes du lait contaminé, qui demandent des preuves que ce lait n’a pas été vendu. 

Insectes et métaux

L'association rappelle qu’à l’époque de la contamination, des parents avaient fait des analyses et avaient retrouvé la salmonelle "Montevideo" (citée plus haut) en plus de "l’agona". Elle pointe donc du doigt de "gros problèmes d’hygiène dans l’usine".


Mais ce n’est pas tout. Selon d’autres rapports, des insectes morts ont été trouvés dans les boites par des consommateurs, et ce à plusieurs reprises entre 2012 et 2014. Pire, en 2015, on signale à Lactalis la présence d’objets métalliques dans d’autres boites. L’entreprise n’a pour le moment, pas souhaité répondre aux questions.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Lait infantile contaminé : Lactalis et la grande distribution face au scandale

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter