États-Unis : il utilise 57.000 dollars d'aide Covid pour s'acheter une carte Pokémon

États-Unis : il utilise 57.000 dollars d'aide Covid pour s'acheter une carte Pokémon

DÉTOURNEMENT - Un Américain est inculpé pour avoir fait une fausse déclaration afin de recevoir plusieurs milliers d’euros de prêt alloués aux entreprises en difficulté à cause de la crise sanitaire, et de s'acheter une carte Pokémon avec ces fonds.

L’achat d’une seule carte Pokémon pourrait bien valoir à un Américain de l’État de Géorgie 20 ans derrière les barreaux et des centaines de milliers de dollars d’amende. Vinath Oudomsine, originaire de Dublin, est accusé d’avoir fait une fausse demande de prêt auprès d’un fonds de soutien destiné aux entreprises fragilisées par le Covid-19. Et d’avoir utilisé l’argent obtenu pour s’acheter une carte Pokémon très prisée, pour la bagatelle de 57.800 dollars, soit 49.700 euros environ. Il a été inculpé pour fraude informatique par le gouvernement fédéral. 

Des dossiers judiciaires indiquent que l’homme avait prétendu posséder depuis 2018 une entreprise de dix employés, qui aurait rapporté 235.000 dollars en un an, rapporte USA Today. Une demande déposée auprès du Economic Injury Disaster Loan (EIDL), programme fédéral de prêt qui permet aux petites entreprises éprouvées par la crise sanitaire de couvrir des dépenses comme les salaires, les coûts de production, les dettes ou le loyer, liste de son côté le New York Post

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Lire aussi

Un prêt de 85.000 dollars détourné

Cette fausse déclaration lui a permis d’empocher 85.000 dollars, soit 73.000 euros environ, versés par l’Association des petites entreprises le 4 août 2020, somme qu’il a majoritairement dépensée en faisant l’acquisition d’une carte Pokémon, ont révélé en janvier dernier les procureurs sans préciser le nom de cette carte. Parmi ces pièces de collection, les plus rares peuvent grimper à des centaines de milliers d'euros. S’il est reconnu coupable, il risque jusqu’à 20 ans de prison et 250.000 dollars d’amende. 

Cette affaire de fraude n’est pas la première aux États-Unis : une star de la télé-réalité "Love & Hip Hop" a été condamnée à 17 ans et demi de prison pour avoir soumis une demande frauduleuse dans le cadre du Paycheck Protection Programm, dispositif d’aide sous forme de prêts, en déboursant les centaines de milliers de dollars obtenus en pensions alimentaires en retard et dans la location d’une Rolls-Royce. En mars 2020, le Congrès avait adopté la loi C.A.R.E.S. ("Coronavirus Aid, Relief, and Economic Security") permettant d’élargir les critères d’éligibilité des entreprises pour bénéficier de prêts de soutien.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

EN DIRECT - Variant Omicron : Rabat suspend pour 2 semaines tous les vols commerciaux vers le Maroc

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

EN DIRECT - Crise des migrants : les ministres européens réunis ce dimanche sans leur homologue britannique

Affaire Hulot : Matthieu Orphelin, porte-parole de Yannick Jadot, "mis en retrait" de la campagne d'EELV

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.