Photos de vacances sur Instagram ou l'injonction (pénible) de la famille parfaite

Photos de vacances sur Instagram ou l'injonction (pénible) de la famille parfaite

Société
DirectLCI
POUR DE FAUX - En vacances, toutes les stories se ressemblent sur Instagram : parents et enfants tout sourire, selfies flatteurs en bikini... Le problème, c'est que dans la vraie vie, cela ne nous ressemble pas. Conséquence, selon une étude, 1/3 des parents ressentent un pic d'anxiété lorsqu'ils regardent sur les réseaux sociaux les photos de vacances des autres parents. Décryptage.

Sur Instagram on a toujours l'impression que les parents vivent une lune de miel permanente, qu'ils proposent à leurs enfants toujours plus d'activités en vacances, que les blogueuses ont toujours plus de jolis looks ou d'accessoires à tomber, et que les intérieurs des maisons sont toujours plus jolis. En résumé, instagrameurs et bloggeurs nous donnent bien souvent l'impression d'avoir une vie géniale et une famille parfaite. A contrario de nous. Mais comment font-ils ? Dans quelle mesure ne s'agit-il pas d'une vaste arnaque ? 


Car dans la vraie vie, on est bien loin de cette réalité. Et cette injonction de la famille parfaite commence à peser sur nos frêles épaules, comme en témoigne une étude réalisée par Opinium Research pour le compte du site Groupon. Si l’on en croit ce sondage, mieux vaut se tenir à l'écart des réseaux sociaux en période estivale. Ainsi, près d’un tiers des parents interrogés (29%) déclarent ressentir un pic d’anxiété lorsqu’ils regardent sur les réseaux sociaux les photos de vacances des autres parents. 33% sont également stressés lorsque leur enfant évoque les photos des activités de leurs amis sur Facebook ou Instagram pendant l’été. 

Pour les parents, l’été rime avec pression et culpabilité

Pour compenser cette course effrénée au "toujours plus", plus d’un cinquième des parents (22%) pensent qu’ils doivent dépenser davantage d’argent durant les vacances d’été pour faire bonne impression sur Instagram et Facebook.


Et plus des trois quarts des parents (76%) se disent poussés à offrir davantage d’activités et de cadeaux. Les papas sont les plus dépensiers : 83% achètent des cadeaux contre 70% des mamans. Les parents dépensent en moyenne 212,28€ de plus par semaine et par enfant qu’en temps normal. Soit un supplément de 1698,24€ sur les deux mois.


Parmi les meilleurs cadeaux "anti-culpabilité", nous retrouvons les sucreries (30%), les sorties au fast-food (40%) et les sorties au cinéma et dans les parcs d’attractions (36%). 18% d’entre eux investissent même pour l’occasion dans des appareils high-tech tels que des iPads ou des jeux vidéo.

Les vraies coulisses d'Instagram

Fort heureusement, certains gardent la tête froide : 28% des parents admettent ne publier que les meilleures photos de leurs journées, et masquer les coulisses. Comme prendre une photo de la plage sans laisser apparaître la foule qui s’y amasse. 54% concèdent que ce qui est présent sur les réseaux n’est qu’une vision edulcorée de la réalité.


Et c'est ce que suggère justement la vidéo "Social Media Vs. Reality" (ci-dessous) qui dénonce les mensonges derrière les photos postées en ligne. Dans une série de situations de la vie quotidienne, il est montré à quel point certains clichés peuvent être mis en scène dans le but d'être toujours plus populaires. Et cela commence dès le réveil : les premières images montrent une jeune femme se refaisant une beauté avant de se recoucher et de s'immortaliser avec la célèbre mention #Iwokeuplikethis, traduisez "c'est mon visage au réveil".

Et cette vidéo n'est qu'un exemple parmi tant d'autres. A l'image de l'hilarante Celeste Barber, cette comédienne australienne, suivie sur Instagram par 4,3 millions d'abonnés, qui s'amuse depuis longtemps à parodier sur son compte les photos de stars. Résultat : des posts décalés avec des photos (et vidéos) dignes des plus grandes mannequins (ou presque) et toujours fidèles à son humour décapant. Une façon de nous montrer, là-aussi, les différences qui existent entre les réseaux sociaux et la réalité.

Sans filtre, la maman et blogueuse Kyree Harvey - connue sous le pseudonyme "misskyreeloves" - a, elle, tenu à expliquer l'envers de ses (très) jolies photos de famille sur le site Mamamia. En légende d'une photo d'elle, de sa fille et de son mari, elle a écrit : "Voici une photo 'parfaite' d'un moment de famille pour Instagram".

Avant qu'elle ne déchiffre les dessous du cliché : 

• Ce que vous ne voyez pas, c'est qu'il y a une grosse traînée de vomi qui glisse dans le pull de maman, la tachant comme un yaourt trop aigre. 

• Ce que vous ne voyez pas, c'est que maman et papa ont eu une dispute à propos de quelque chose de petit et bête, une heure auparavant. Ils ont refusé de se parler dans la voiture. 

• Ce que vous ne voyez pas, c'est que maman manque de confiance en elle, et pense qu'elle n'est jamais assez bien, même si elle travaille très fort pour apprendre l'amour-propre et apprendre à accepter ses défauts. 

• Ce que vous ne voyez pas, c'est que papa est géant, et qu'il déteste sa taille et souhaiterait ne pas avoir des pieds aussi grands.

• Ce que vous ne voyez pas, c'est que ce sont deux nouveaux parents qui apprennent chaque jour à être géniaux, à encaisser les erreurs.

• Ce que vous ne pouvez pas voir, c'est combien maman et papa s'aiment, comment leur vie a changé incroyablement, pour le mieux, depuis qu'ils sont devenus parents. Vous ne pouvez pas voir combien ils adorent leur mini-moi, combien elle les adore aussi"

•  Et Kyree Harvey de conclure : "Il n'y a pas de famille parfaite, juste la perception d'une photo parfaite".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter