Vous vous fiez aux avis de consommateurs sur internet ? Attention, plus d'un tiers sont faux !

Vous vous fiez aux avis de consommateurs sur internet ? Attention, plus d'un tiers sont faux !

TROMPERIE - Selon un récent rapport de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), 35% des avis publiés sur internet seraient frauduleux. Le secteur de l’hôtellerie serait parmi les plus touchés.

Lorsque vous êtes en voyage et que vous avez un petit creux, vous trouvez peut-être bien pratique de vous fier aux avis d’autres clients pour trouver dénicher un bon restaurant. Pourtant, selon une enquête menée par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) publiée le 6 octobre, plus d’un tiers des avis émis sur internet serait faux.

Ce taux de non-conformité s’expliquerait en grande partie par "la présence récurrente de pratiques commerciales trompeuses". Celles-ci se traduisent le plus souvent par la rédaction de la part des professionnels eux-mêmes d’avis favorables sur leur propre entreprise. Le tout en se faisant passer pour un consommateur lambda. Certains commentaires négatifs sont aussi supprimés ou relégués dans les dernières pages. Tandis que de faux avis sur des concurrents peuvent aussi être publiés pour les décrédibiliser. Observées depuis 2010 par la DGCCRF, ces pratiques ont été repérées "en particulier dans le secteur de l’hôtellerie, dans certains organismes de formation mais aussi dans les services entre particuliers".

Une certification détournée pour mieux berner les consommateurs

Mais au-delà de ces publications frauduleuses, un autre abus inquiète le ministère de l’Economie : les fausses références à la certification NF Z 74-501 sur les plateformes en ligne. Créée pour garantir aux consommateurs la véracité des avis qu’ils consultent, elle est parfois utilisée de manière abusive par certains professionnels. Ceux-ci l’utilisent pour certifier des avis émis en leur faveur, alors la signification de cette norme est en fait tout autre. Elle n’a pour but que de certifier le bon processus de collecte, de modération et de restitution des avis. En 2016, cinq professionnels ont fait l’objet d’un avertissement pour des références abusives à la certification de leurs avis.

Lire aussi

41% des internautes ont déjà réalisé un achat spontané à la suite d’un avis positif

D'après la DGCCRF, 74 % des internautes ont déjà renoncé à acheter un produit à cause de commentaires ou d’avis négatifs et 41% des internautes ont déjà réalisé un achat spontané à la suite d’un avis positif. La lutte contre ces commentaires et références frauduleuses prend alors tout son sens. Face à leur récurrence, le cadre réglementaire a été renforcé pour améliorer l’information du consommateur, annonce la DGCCRF sur son site. Ainsi, "toute personne dont l’activité consiste à collecter, modérer ou diffuser des avis en ligne de consommateurs devra assurer une information loyale, claire et transparente sur les modalités de publication et de traitement de ces avis" à compter du 1er janvier 2018.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : l'Allemagne va décider ce jeudi de restrictions supplémentaires

Présidentielle 2022 : les équipes d'Eric Zemmour partent à la chasse aux parrainages

Covid-19 : Doctolib saturé, comment réserver sa dose de rappel malgré tout ?

Y a-t-il réellement "91% de fausses couches" chez les mères vaccinées au cours du premier trimestre ?

Variant Omicron : le PDG de Moderna juge prématuré de se prononcer sur l'efficacité de la 3e dose

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.