Italie : un élu d’extrême droite abat un Marocain sur une place publique

Italie : un élu d’extrême droite abat un Marocain sur une place publique

POLÉMIQUE - Près de Padoue, un Marocain a été tué par balle lors d’une altercation avec un élu d’extrême droite, qui assure qu’il s’agissait d’un accident. Matteo Salvini, chef de son parti, défend une “légitime défense”.

Le drame s’est déroulé mardi 20 juillet au soir : un élu d'extrême droite italien, adjoint municipal à la sécurité de Voghera, près de Padoue dans le Nord du pays, a tué d'une balle un Marocain au cours d'une altercation sur une place publique. Le parquet a ouvert une enquête pour acte de défense disproportionné, selon l'agence Ansa qui cite des sources proches de l'enquête. En attendant, Massimo Adriatici, élu de La Ligue et ancien commandant de police, a été assigné à résidence sous contrôle judiciaire.

La victime est un Marocain de 39 ans nommé Youns El Bossettaoui, selon le quotidien milanais Corriere della Sera. Selon la presse locale, il importunait une femme à l'extérieur d'un bar de Voghera, lorsque l'élu est intervenu. L’homme aurait commencé à le bousculer, après que l’adjoint municipal a appelé la police. Touché par un tir à la poitrine, l’homme marocain décède. L'élu, qui portait un pistolet, affirme que le coup est parti au moment où il était tombé au sol. Contactée par l'AFP, la police locale n'était pas immédiatement joignable.

Selon le quotidien milanais, l’élu possédait un permis de port d’arme et la victime avait un casier judiciaire chargé. 

Lire aussi

Pour Matteo Salvini, ancien ministre de l'Intérieur et chef du parti de la Ligue, M. Adriatici a été "victime d'une agression" et a agi "en état de légitime défense". "Il a répliqué accidentellement par un tir qui a malheureusement tué un ressortissant étranger", a-t-il estimé dans une vidéo postée sur sa page Facebook, destinée à étouffer la polémique qui enfle dans les rangs politiques.

Dans cette vidéo, intitulée “pas de “far-west” : l’hypothèse de la légitime défense fait son chemin”, il répondait à ses opposants politiques, en particulier la députée du Mouvement 5 Etoiles Valentina Barzotti qui a déclaré : “Il est inacceptable qu’un homme non armé puisse perdre la vie à cause d’un coup de feu tiré sur la place publique, comme si nous étions au Far West”, selon le quotidien La Republicca.  

Le sénateur du Parti démocrate (centre-gauche) Alan Ferrari, élu de la région, avait aussi exhorté Matteo Salvini à condamner les faits juste après le drame. "Dans un pays civilisé et démocratique, un adjoint ne tire pas sur une personne", a-t-il estimé.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

VIDEO - Belgique : nouvelles inondations, un torrent emporte des voitures près de Namur

EN DIRECT - Pass sanitaire : Emmanuel Macron "assume" ses décisions et appelle à l'unité face au virus

"Nous sommes passés de Socrate à Francis Lalanne" : le discours cinglant d'un sénateur contre les anti-vaccins

Covid-19 : quelles sont les trois contre-indications à la vaccination ?

Violent incendie dans l'Aude : 900 pompiers toujours mobilisés, coupure de courant jusqu'au Portugal

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.