"J'ai vu le balcon et j'allais sauter": harcelée au collège, Mathilde Monnet raconte son enfer

DirectLCI
PORTRAIT DE LA SEMAINE SEPT A HUIT - Moqueries, insultes, coups... Lorsqu'elle était au collège, Mathilde Monnet a été confrontée à une classe entière liguée contre elle. Elle témoigne dans une interview diffusée dans sa version intégrale ce dimanche dans Sept à Huit.

Elle avait onze ans. "On me disait que j'avais les seins qui pendaient ", se souvient Mathilde Monnet victime de harcèlement lorsqu'elle était au collège. Dans le portrait de la semaine de Thierry Demaizière diffusé ce dimanche dans Sept à Huit, elle raconte ce qu'elle a subi avant de trouver le courage de dénoncer ses harceleurs et de parler.


"Dans les couloirs, dès que j'arrivais au collège, que j'arrivais dans le rang, tout le monde faisait semblant de vomir et me regardait", se souvient l'élève de seconde, aujourd'hui âgée de 15 ans, qui a été confrontée à une classe entière liguée contre elle.

"On me traitait de sale pute, de sale rat aussi, on me disait que j'étais une erreur de la nature que je devais me suicider", poursuit celle qui se sentait "sale d'être traitée tous les jours de lesbienne".


Pour l'adolescente, la méchanceté et l'humiliation étaient alors telles qu'elle supportait à peine son reflet dans le miroir. 

"Quand je me voyais, je me haïssais, je me disais que les gens comme moi ne devraient même pas exister," raconte-t-elle, visiblement émue. Et d'ajouter : "La seule chose que j'avais envie de faire, c'est de faire disparaître ce visage atroce et de mourir."

"Mourir", la jeune femme a d'ailleurs fait plus qu'y penser. "A la fin de la sixième, je suis rentrée chez moi, c'était un vendredi soir. Ma mère n'était pas là, et j'ai vu mon balcon, se remémore-t-elle. Je me suis dit que j'allais sauter."


Alors qu'elle a la jambe sur la rambarde, Mathilde Monnet est prise d'un sursaut de lucidité et d'une envie de se battre. "C'était juste avant les vacances d'été, alors je me suis dit que je pouvais encore tenir quelques semaines," précise-t-elle.


Quelques mois plus tard, ses harceleurs ont pu être rappelés à l’ordre par la loi. Pour celle qui vient de publier un livre 14 ans, harcelée (éd. Mazarine), le temps du silence est définitivement révolu. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter