"J'espère être régularisé" : l’incroyable histoire de Williams, jeune Camerounais sacré meilleur ouvrier de Bretagne

"J'espère être régularisé" : l’incroyable histoire de Williams, jeune Camerounais sacré meilleur ouvrier de Bretagne

BELLE HISTOIRE - Une dizaine de jours après avoir reçu la médaille d’or du meilleur ouvrier en métallerie de Bretagne, Williams Kemadjou Tchatchoua, un jeune Camerounais sans-papiers, a toujours le sourire. Vendredi prochain, à la demande de la préfecture, il devrait déposer une demande titre de séjour. LCI s'est entretenu avec lui par téléphone.

Williams Kemadjou Tchatchoua a la voix chantante. On devine son sourire de l’autre côté du combiné. Et il y a de quoi. A tout juste 18 ans, ce Camerounais sans-papiers vient de remporter la médaille d'or du meilleur ouvrier en métallerie de Bretagne. Une consécration pour le jeune homme qui a connu l’enfer pour rejoindre la France depuis le Cameroun. Il n’a que onze ans lorsqu'il quitte Loum, sa ville natale, y laissant sa mère et ses trois frères et sœur. Il décide alors de partir rejoindre son oncle à Douala, grande métropole à deux heures de route, dans l'espoir d'un avenir meilleur. Mais en 2013, le décès de ce proche le pousse à partir en Europe.

Lire aussi

    Son voyage débute en janvier 2014. Williams traverse le Nigeria, le Niger, l'Algérie et le Maroc, en moto, voiture, taxi-brousse, fourgonnette, bus, train de marchandises ou encore à pied. Le 1er mai 2014, l'adolescent parvient à entrer en Espagne où il ne restera que peu de temps, à cause de la barrière de la langue. "Je ne parlais pas l'espagnol mais plutôt bien le français, alors j’ai décidé de prendre un car pour Paris", raconte-t-il à LCI. 

    Le Camerounais erre quelques jours dans les rues de la capitale avant de se décider à partir. "Il y avait trop de policiers et j’avais peur qu’on me renvoie chez moi", confie-t-il. Il va alors, un peu par hasard, atterrir à la gare Montparnasse, direction Rennes. "Je  ne connaissais pas du tout la Bretagne, j'ai vraiment pris le premier train qui partait", s’amuse-t-il. Il dormira pendant deux jours dans la gare de la capitale bretonne avant de monter dans un train pour Quimper.

    Des trois concurrents, c'est moi qui avait le niveau le plus faible- Williams Kemadjou Tchatchoua

    Après avoir été aiguillé par le Samu social, les services de la Commission départementale d'aide sociale (CDAS) du Finistère le prennent charge et le placent en famille d'accueil pendant six mois. Il sera ensuite installé dans un appartement à Brest avec des mineurs isolés de son âge. "J’ai été scolarisé pendant deux mois au lycée Vauban dans une classe contre le décrochage scolaire", nous explique-t-il. En septembre 2015, il entame un CAP en métallerie serrurerie dans le même établissement. 

    La première année se déroule bien. Et au début de sa deuxième, Williams est choisi pour représenter son lycée aux olympiades régionales des métiers qui se déroulent à Saint-Brieuc. "Des trois concurrents, c'est moi qui avais le niveau le plus faible", raconte-t-il. Il travaillera d'arrache-pied pendant trois jours pour construire une hydrolienne de 40 kilos, "peut-être plus". A sa grande surprise, il décroche la médaille d’or du meilleur ouvrier en métallerie de Bretagne. "J’ai pris la parole sur le podium pour raconter mon parcours du Cameroun jusqu’à aujourd’hui", poursuit le lauréat. Les gens étaient émus et sont venus me poser des questions".

    Rendez-vous avec la préfecture vendredi 25 novembre

    Malgré sa fierté, Williams n’en était pas moins inquiet pour son avenir. "A la fin de mon CAP (juin 2017, ndlr), je pourrai être expulsé à tout moment", souligne-t-il. Mais comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, la famille d’accueil du jeune Camerounais a reçu un appel de la préfecture du Finistère il y a quelques jours. "J’y ai rendez-vous vendredi 25 novembre pour obtenir un titre de séjour, lâche-t-il, ému. C’est vraiment une bonne nouvelle ! Je suis très satisfait. Je remercie tous les journalistes qui m’ont aidé".

    Contacté par LCI, la préfecture confirme avoir pris contact avec la famille de Williams. "Nous allons regarder sa demande de titre de séjour quand il l’aura déposée", nous indique Sébastien Chevrier, chef du bureau de la presse. "A ce stade, on ne peut préjuger du résultat de cette instruction", tempère-t-il. Avant d’affirmer : "Mais nous serons bienveillants". Affaire à suivre.

    Lire aussi

      En vidéo

      Un sans-papiers décoré au Sénat : une procédure de régularisation bientôt ouverte

      Sur le même sujet

      Les articles les plus lus

      Covid-19 : l'épidémie devrait redémarrer "cet automne", prévient Arnaud Fontanet

      Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la liste des 48 départements concernés

      EN DIRECT - Covid-19 : le pass sanitaire maintenu pour l'instant dans tous les départements

      EN DIRECT - Crise des sous-marins : Emmanuel Macron va s'expliquer avec Joe Biden cet après-midi

      VIDÉO - "Bien sûr que j'ai peur" : au cœur de La Palma, sous la menace de coulées de lave destructrices

      Lire et commenter
      LE SAVIEZ-VOUS ?

      Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

      Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.