Jacqueline Sauvage ne fera pas appel de son maintien en détention

Jacqueline Sauvage ne fera pas appel de son maintien en détention

DirectLCI
JUSTICE - Les avocates de Jacqueline Sauvage, dont la demande de libération conditionnelle a été rejetée vendredi 12 août, ont annoncé qu'elles ne feraient pas appel de la décision du tribunal d'application des peines, rendant inutile la procédure d'appel du parquet de Melun.

La décision avait agi comme un coup de tonnerre. Vendredi 12 août, Jacqueline Sauvage et sa famille apprenaient le refus du tribunal d'application des peines de lui accorder une libération conditionnelle. Ce jeudi, ses avocates font savoir qu'elle renonce à faire appel de cette décision, "épuisée de l'acharnement judiciaire à son encontre".

L'appel du parquet de Melun est caduc

Un nouveau pas en arrière dans cette affaire aux allures de marathon judiciaire. Partiellement graciée en janvier 2016 par François Hollande et largement soutenue par l'opinion publique, Jacqueline Sauvage disposait, a priori, de bonnes chances de retrouver une liberté anticipée. Aujourd'hui, ce renoncement à faire appel marque le point final de la procédure : Jacqueline Sauvage purgera bel et bien le reste de sa peine en prison. 

Car la décision du parquet de Melun, qui avait fait appel du refus de libération conditionnelle, n'a à présent plus aucune chance d'aboutir. Un magistrat du parquet de Melun précise ainsi à metronews : "Si la personne se désiste, alors notre appel devient caduc. Il n'y aura donc pas d'audience en cour d'appel."

EN SAVOIR +
>> La demande de libération conditionnelle de Jacqueline Sauvage rejetée

>>  Pourquoi reste-t-elle en prison ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter