J'ai testé… le défi Veggie : petites recettes et bonnes combines pour ne pas mourir de faim

J'ai testé… le défi Veggie : petites recettes et bonnes combines pour ne pas mourir de faim

Société
DirectLCI
EPISODE 4 - Les Vegan, vous connaissez ? Ce sont ces adeptes qui, par respect pour la cause animale, refusent de manger viande et poisson, mais aussi tous les produits en rapport avec l'"exploitation animale" : lait, oeufs, miel… Pour faire découvrir ce nouveau mode d'alimentation, l'Association végétarienne de France organise le Défi Veggie : manger végétarien ou vegan pendant trois semaines, en étant accompagné. A metronews, on s'est inscrit. Et on vous raconte nos aventures, tous les mardis et vendredis.

Fin de deuxième semaine. Je ne suis toujours pas morte. La santé, ça va. Le moral, ça va. Et même la faim, ça va à peu près. Bref, je continue mon petit parcours de Vegan. Seul point noir, déjà évoqué, le manque de saveur quand je cuisine chez moi. Ras la casquette des salades composées vinaigrette.

Dans la semaine, Caroline, notre coach attentionnée, nous a envoyé une ligne de conduite. "La plupart de mes plats se composent de "1 céréale + 1 légume sec + 1 légume cru + 1 légume cuit + des petites graines variées", nous a-t-elle écrit. J'ai aussi remarqué que les Vegan ont l'air assez fans de saveurs asiatiques, d'assaisonnements divers (sauces tamari, soja) d'herbes (coriandre, menthe), et même de "croquant", (cacahouète, pignon, pistaches). Donc mon raisonnement a été simple : ok, pour varier, je vais donc ajouter des graines dans mes salades composées.

Ce que je suis allée chercher en faisant mes courses. J'ai fait trois fois le tour de la supérette avant de trouver l'étagère graines. Et là, gloups. Graines de courge, 4 euros, pignons de pin, pas loin de 10 euros. Ah oui quand même. Après débat intérieur, j'ai tranché pour le mélange "pour salade", mix d'un peu tout et meilleur rapport quantité-prix. J'ai aussi trouvé ma sauce soja. Et même rajouté un paquet de céréales pour le petit déjeuner.


Je suis arrivée chez moi très contente de mes achats. J'ai préparé ma salade. J'ai mis mes petites graines, ma sauce soja. J'ai mangé. Tout m'est resté collé au palais, avec un goût de vieille farine. Pas top-top... 

 "Il faut à tout prix désacraliser la cuisine"


En fait, ce qui m'a sauvé cette semaine, c'est que j'ai aussi eu droit à un cours de cuisine végétarienne. Je suis arrivée, jeudi. J'avais SUPER faim.

Aux fourneaux, Sarah Juhasz, une ingénieure et future naturopathe (c'est une médecine naturelle, nous explique-t-elle, basée sur l'art de vivre, et utilisant des techniques permettant d'être en bonne santé, ce qui passe par un équilibre des énergies matérielles et mentales). Elle nous indique donc que nous allons cuisiner un menu mexicain. Ah oui quand même. Ça va être dur à refaire chez soi, ça… Sarah Juhasz a dû sentir le frisson d'inquiétude. "Il faut à tout prix désacraliser la cuisine", dit-elle. "Souvent, on se stresse parce qu'il manque un ingrédient. Mais il faut le faire au feeling, la base de la recette peut être déclinée."… De l'impro ? Pas de contraintes ? Ah mais ça me va très bien ça !

Il faut couper les tomates en dé. Facile, ça. Couper les avocats. Les doigts dans le nez. Couper une mangue en petit carré. Super simple. Puis des oignons rouges, et des herbes fraîches. Mettre le tout dans un saladier. Ajouter du citron vert, jaune, un peu d'épices et de sauce tamaris. MAIS C'EST SUPER FACILE.

Et on papote en turbinant. On parle bouffe. Parce que ça, c'est un autre truc que je découvre : les "Végé" parlent de nourriture tout le temps. S'échangent des recettes, des blogs, des bonnes adresses. Dans mon groupe, Marthe, d'ailleurs, a décidé de me m'aider à rentrer sur le droit chemin. Elle a lu mon premier article , et notamment le passage où je m'interrogeais sur le Tempeh. Souvenez-vous, le Tempeh, ça ressemblait à çaa.

"Non mais Sibylle ! Il faut absolument que je te fasse goûter !", m'interpelle Marthe. "Le Tempeh, j'ai découvert ça en Indonésie où j'ai passé un an, c'est délicieux ! "L'idéal, c'est de le faire dorer à la poêle, que ce soit bien croustillant." Ah bon ? Et paf, les recettes s'échangent sur le coin de table. Est-ce qu'on a testé le mix "carotte, vinaigrette au citron, coriandre, pistache et feuille de menthe" ? Et "lentilles corail, tomates concassées, lait de coco, revenu avec de l'ail, oignon, curcuma et cumin" ?

Je salive, je note, je note. Aurélie aussi, d'ailleurs. "Il faut que je trouve des idées", avoue-t-elle. "Au déjeuner, j'ai mangé une salade de pomme de terres. L'autre soir, j'ai fait un steak-frites à mon copain, du coup j'ai mangé les frites, et je m'étais rajouté des carottes râpées pour combler". Un peu tristouille. "En fait, il faut juste trouver des nouvelles recettes, et des idées, mais ce n'est pas plus long à faire", conseille Marthe. J'avoue d'ailleurs, dans la grande cuisine, toutes ces herbes coupées, ces épices, ça commence à sentir très, très bon. "Les épices et les herbes, ça change tout", abonde Marthe. "En fait, il faut arrêter de penser par quel aliment remplacer un autre. Il faut plutôt réinventer sa cuisine. Mais je trouve que en étant végétarien, tu cuisines plus savoureux." Elle a raison : c'est vrai que pour varier, on travaille davantage les saveurs. Pas le choix de toute façon.

J'ai toujours très, très faim, je vais donc regarder les autres ateliers. Ça, par exemple, au pôle apéro, c'est du tarama végétal. Jolie couleur non ?


Betterave, crème de soja, mélange d'algues, jus de citron, yaourt de soja, tofu fumé. En fait, heureusement que je n'ai pas regardé la composition avant de goûter. Mais là encore, très bonne note.

Et là, c'est le dessert : pudding de chia au lait de coco et coulis d'ananas, avec crème de coco, sirop d'agave, graine de chia, ananas, dattes.


Dans un coin, un petit débat s'engage entre la nutritionniste et un végétalien.  Ç a parle acides aminés, assimilation, le fait d'associer ou non dans un même repas des légumineuses et des céréales. Il y a différentes écoles et sur ce genre de sujet, comme sur les forums que je consulte, le débat s'enflamme assez régulièrement. Personne n'est d'accord, chacun s'appuyant toujours sur une étude que les autres n'ont jamais vue. Sarah Juhasz tranche gentiment : "Il ne faut pas trop penser à tout cela, parce qu'on se met un frein. Il faut manger varié, et un peu de tout, rester simple. Mais à partir du moment où l'on mange à notre faim, on a les huit acides aminés essentiels." – "Ah mais non, il y a 9 acides aminés !" soutient un participant. "Heu non, je crois que c'est huit." Mince… 8 ou 9 alors ? On ne saura pas… 

Mais dans le fond, est ce que c'est si important que ça ? Dans notre coin, Marthe est pour la méthode douce : "En vrai, il ne faut pas se poser trop de question. Manger sain, avoir une bonne hygiène de vie, ça me va."  Ç a me va aussi. Caroline, notre coach, dit la même chose : "Aucun Vegan ne calcule ce qu'il mange. Si je devais toujours contrôler tout ce qu'il y a dans quoi, j'aurais laissé tomber depuis longtemps ! L'idée c'est d'avoir des notions d'équilibre alimentaire. " Rassurant tout ça. Marthe pousse son avantage, et me conseille une série de blogs pour aller choper des recettes de cuisine. "C'est plutôt des blogs anglophones. Ils sont beaucoup plus avancés que nous en cuisine végétarienne. Je suis sûre que tu vas trouver ce qui te fait plaisir." Je suis allée voir, ça ressemble à ça. Pas mal, non ?


Bref, maintenant, le dîner est prêt. Il y a du hummus, de la tartinade d'haricots rouge, de la crème fromagère de cajou, du quinoa mexicain, mélange de noix, tomate, épices, notre salsa, des herbes. Et un beau défi : en faire tenir le maximum sur une petite assiette. Je me rue dessus. Ça a de la gueule, non ?


J'ai l'assiette la plus grosse du groupe. une vraie pyramide de nourriture. Et je suis bien contente : c'est délicieux. Sauf que vous savez quoi ? Je commence à caler. L'air de rien, je ralentis le rythme. Les autres se marrent. Esprit de challenge oblige, et, il faut bien l'avouer, un peu de fierté, je m'accroche, je mange... et j'arrive à la dernière bouchée. Marianne m'attrape par les épaules : "You did it !" Yes, yes, Vegan I can !

POUR REVOIR LES PRECEDENTS EPISODES

>> J'ai testé... le "défi Veggie", épisode 1 : "Heu, le miel c'est pas un peu extrême ?"

>> J'ai testé... le "défi Veggie", épisode 2 : le temps des questions

>> J'ai testé... le "défi Veggie", épisode 3 : Vegan, ton univers impitoyable

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter