Jeannette Bougrab, la compagne de Charb : "Il mérite le Panthéon"

Jeannette Bougrab, la compagne de Charb : "Il mérite le Panthéon"
SOCIÉTÉ

TÉMOIGNAGE - L'ancienne secrétaire d'État était, côté vie privée, la compagne du dessinateur assassiné mercredi à Paris. Elle témoignait sa douleur jeudi soir, sur le plateau de BFMTV.

"J’envoie un SMS, puis un deuxième, pas de réponse... Il ne répondait pas, il ne faisait jamais ça." Pour la première fois depuis l’attentat qui a visé Charlie Hebdo, Jeannette Bougrab a réagi publiquement. Malgré la douleur. Car celle que le grand public connaissait pour son maroquin de secrétaire d’État dans le gouvernement Fillon ou ses chroniques au Grand Journal de Canal+ était aussi, en coulisses, la compagne de Stéphane Charbonnier dit Charb, le directeur de la publication de l'hebdomadaire.

"Quand je suis arrivée, il y avait déjà les cordons. On m’a interdit de rentrer (…) Une partie des personnes ne voulaient pas dire qu’il était mort... Il fallait encore vérifier", a raconté Jeannette Bougrab. Celle-ci est ensuite restée de longues heures sur place. "Je ne voulais que son corps reste au sol", a-t-elle poursuivi, les paroles rythmées par les sanglots. Un témoignage mais aussi un plaidoyer en faveur de la liberté d’expression que défendait l’Hebdo.

LIRE AUSSI >> VIDÉO – Entre rires et dessins, une conférence de rédaction chez Charlie Hebdo

"Il mérite le Panthéon"

"Ils était accusés de tous les maux sur les réseaux sociaux, sur Twitter et jamais personne ne les a réellement défendus", a-t-elle également tenu à préciser. "On aurait pu sauver leur vie, on ne l'a pas fait, j'ai le sentiment d'un immense gâchis", a poursuivi Jeannette Bougrab en qualifiant les membres décédés de Charlie Hebdo de "gens exceptionnels, de vrais héros".

"On a exécuté Stéphane (ndlr : Charb) car il défendait l’idéal voltairien. (…) Il est mort debout. Il a été exécuté avec ses camarades. On ne peut être que très fier de lui, il mérite le Panthéon. Ils méritent tous le Panthéon. Car ils se sont battus pour des principes et des idéaux que nous avons tous oublié, la liberté d’expression, la laïcité..."

S’il n’a jamais eu d’enfants, c’est que je crois que, quelque part, il savait pas qu’il allait mourir", a poursuivi Jeannette Bougrab. Et d’ajouter : "Je pense que certains ne continueront pas l’aventure Charlie. Car aujourd’hui en France, quand on prend un crayon, on peut mourir".

LIRE AUSSI >> VIDÉO — "Charlie Hebdo" : le témoignage déchirant du Dr Patrick Pelloux

Sur le même sujet

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent