#JeDisPasQuilFaitChaudMais... : avec la canicule, Twitter se marre

SOCIÉTÉ

CHAUD, CHAUD ! - La chaleur c’est bien, mais au travail ou en ville, elle n’est pas toujours très facile à supporter. Mais sur les réseaux sociaux, les internautes préfèrent en rire. Attention, avalanche de vannes.

Vous vous en êtes certainement rendu compte : il faut chaud, très chaud. Très, très chaud. Et, surtout en ville, ce n’est pas toujours facile à vivre. Des records de chaleur ont en effet été battus, à Paris, Lille. L’épisode caniculaire entamé mardi devrait durer jusqu’à dimanche matin. 

Mais sur les réseaux sociaux, les internautes préfèrent en rire. Et savent trouver la bonne vanne. Au point que le hashatg #JeDisPasQuilFaitChaudMais était en tête des tendances, ce vendredi. Parce qu’à metronews , on aime bien se marrer,on vous a fait une petite sélection…

La chaleur, il y a d'abord ceux qui, l'esprit pratique, voient tout de suite comment en tirer parti. Pour inventer des recettes de cuisines originales, par exemple...

La chaleur a aussi des effets insoupçonnés sur certains objets, déjouant les règles de la physique...

Bon et forcément, quand il fait très, très chaud, ce n’est pas là où l’on est le plus à notre avantage.

Cet épisode de chaleur fait aussi ressortir l’humour… bien noir.

Et forcément, certaines entreprises en profitent pour faire passer un peu de pub… avec plus ou moins de bon goût.

Et les blagues vont pouvoir continuer, car la chaleur n’est pas prête de s’arrêter. Météo France a étendu au Grand Est sa vigilance orange canicule, qui concerne désormais 43 départements. Quelque 36°C sont par exemple annoncés à Strasbourg vendredi. Très léger coup de frais en revanche, pour la Bretagne, la Normandie, le Bassin parisien qui connaissent vendredi un petit répit, grâce à un petit vent du nord. Le mercure devrait ainsi atteindre 33-34° à Paris, contre 36-37° jeudi. 

La nuit de jeudi à vendredi a été particulièrement éprouvante dans la capitale, du fait de l'accumulation de chaleur sur plusieurs jours. "L'effet de chaleur urbaine joue à plein", explique François Jobard, prévisionniste à Météo France : "En journée le béton absorbe le rayonnement solaire, et sitôt que le soleil se couche, il relâche la chaleur". 

A minuit jeudi soir, il faisait ainsi encore 30° à Paris, qui a dû attendre 7 h du matin pour que cela tombe à 23°. A l'origine de cette fournaise, un anticyclone de haute altitude bloqué sur une vaste région allant du Maroc à l'Allemagne, et barrant tout l'air frais qui pourrait venir de l'Atlantique.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter